Accueil / Actualité / Monopoles, standards et dominants, briser les puissances qui fâchent…!

Monopoles, standards et dominants, briser les puissances qui fâchent…!

Amazon et Facebook, entre autres, sont dans « les » collimateurs. Les volontés de les taxer, les sanctionner, les démanteler se multiplient. C’est la rude et rituelle conséquence d’un succès si insolent qu’il devient insupportable.

DVSM, 12 décembre 2020. Lancez un projet qui tourne à l’échec, au fiasco… Les accusations ne manqueront pas de pleuvoir. Lancez un projet qui recueille une gigantesque adhésion et c’est un vent encore plus hostile qui ne tardera pas à se lever. Trop de réussite tue la réussite…! Les phénomènes qui agitent la planète à propos des géants de l’économie numérique ne font que renouveler ce qui a déjà été observé dans le passé, même relativement lointain. Il y a plus d’un siècle, les néo-géants du pétrole ou de l’électricité furent confrontés à de semblables écueils, venant s’ajouter aux vicissitudes d’une compétition intense, et d’évolutions techniques, conjoncturelles et concurrentielles. Dans les années d’après-guerre, la montée en force de l’informatique a permis à des mastodontes tels que IBM, de devenir assez puissants pour contrôler les évolutions du marché.

Les lois anti-trust ou luttant contre les positions dominantes ont été créées. Mais aucune loi ne peut tout corriger. D’autant plus qu’avec les développements technologiques de ces 10 à 20 dernières années, les limites du monde d’avant ont volé en éclats.

Un changement accompagne toutefois l’effervescence mondiale, source de succès cadencés au rythme des avancées numériques. Certaines gloires pourraient être moins durables que redouté, chassées par de nouveaux entrants, des initiatives et même des préférences d’utilisateurs. Si Facebook fait toujours figure d’acteur monumental, certaines de ses facettes sont déjà clairement concurrencées. Le bébé de Mark Zuckerberg joue-t-il déjà une partie plus aléatoire dans le grand bain des réseaux naissants…? Et Facebook, sous influence pandémique, pourrait bien avoir involontairement donné des idées de mise en ligne à des quantités d’acteurs du commerce qui n’envisageaient même pas, il y a moins d’une année, une telle évolution. Pire, comme ces arbres qui ne montent pas jusque au ciel, la conquête du vaste monde arrive à un ultime degré. Il n’y a plus de région à conquérir, seulement des couches de population pas encore aptes à accéder à tous les charmes de la consommation moderne.

Certes, il y a des chefs de services dans les ministères qui pestent à l’idée que ces acteurs économiques sont des anguilles fiscales. Alors on les menace, on leur tourne autour. Pas toujours avec des armes, les lois et réglementations ayant aussi leurs limites. Et si, même sans se plier aux exigences contributives auxquelles chacun songe, les seules activités de ces géants compensaient le manque à imposer dont ils profitent…? N’y aurait-il pas beaucoup à perdre en cherchant à les mettre en difficulté, les saucissonner, les ponctionner…? Tuer les géants peut-il faire mieux vivre les petits…?

Source DVSM

A voir

Nervosités : Ah…! Cette grande distribution… Des hypers si mal aimés…! Quoi que…

Ils sont l'objet de toutes les attaques possibles.