Accueil / Actualité / Numérique en ligne : les contenus musicaux en passe de dominer tous les autres…? Tendances…

Numérique en ligne : les contenus musicaux en passe de dominer tous les autres…? Tendances…

Comme chacun le conçoit, l’audio, c’est principalement la musique. Laquelle fait déjà forte impression dans l’évolution des usages outre Atlantique.

DVSM, 27 juin 2022. L’image, fixe ou animée, a un grave inconvénient. Il faut lui accorder un regard entre furtif et attentif pour en profiter. Avec l’audio, comme cela se constatait déjà aux époques lointaines du disque ou de la « TSF », ce qui n’est « que » sonore peut sans souci accompagner d’autres occupations. Cette spécificité se propage désormais aux usages audio numériques. Des suivis opérés par des bureaux d’études viennent de montrer qu’aux USA, le temps d’écoute moyen s’est considérablement accru. En seulement 6 ans, et en grapillant quelques minutes par jour, cette durée quotidienne moyenne est passée de 1 heure à 1 heure et 40 minutes.

Les plus assidus des habitués en sont même à 2H17. En 2022, ces sources numériques vont représenter 12,7% du temps médiatique total de la population américaine adulte.  La durée quotidienne évoquée ici s’installe désormais au-dessus de celle dédiée aux services dits « OTT » (Over The Top) de 1h27, du temps passé sur les réseaux sociaux, de 1h15, à utiliser des tablettes (1h09) et même le temps consacré à visionner des vidéos sur smartphones (qui n’est que de 40 minutes). Cette tendance venue de l’autre rive de l’Atlantique a de bonnes chances de se propager sur le Vieux Continent. Une bonne nouvelle, car elle sous-entend un élargissement des possibilités de diffusion de matériel audio et haute résolution, en particulier pour les utilisateurs attachés à une bonne qualité, ce alors que côté vidéo, l’ambiance est davantage orientée vers les saturations… (selon eMarketer/insider Intelligence).

Source DVSM

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.