Accueil / Actualité / Numérique : que veut la gauche ?

Numérique : que veut la gauche ?

Comme il l’avait fait lors des primaires de la Droite et du Centre, le collectif ‘’Numérique-Tous Numérique’’ a sondé les intentions des candidats aux élections présidentielles officiellement classés à gauche. Primo, deux candidats n’ont pas développé de volet spécifique Jean-Luc Benhamias et Emmanuel Macron. Le premier est surtout là pour faire parler de lui (NDLR)et le second se contente de grands discours généraux (NDLR). A noter qu’aucun des trois candidats ‘’verts’’ ne présentent de projets sur le Numérique. Deuxième constat, le collectif affirme que le clivage gauche/droite est moins marqué sur le Numérique que sur d’autres sujets. La plupart des candidats affirment que le développement de l’économie numérique est un progrès. Il existe même des convergences notamment sur l’emploi ou les investissements.

En général, les candidats de gauche veulent valoriser le Numérique dans l’enseignement, à l’exception de Manuel Valls et de Benoit Hamon qui ne traitent pas le sujet. Par exemple, Vincent Peillon, ancien ministre de l’Education, souhaite « poursuivre le passage à l’école numérique », « créer un plan « Universités numériques », la création de « learning centers » et un renforcement de l’aide aux Moocs ». Sur l’emploi, certains candidats considèrent « que le numérique est une chance pour l’emploi » et au contraire, ceux qui considèrent que le numérique peut constituer une menace pour les protections collectives et doit donc être encadré. Le collectif ‘’Numérique -Tous Numérique’’ affirme que Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont adopté une approche collectiviste des propositions liées à l’emploi et au numérique.

Benoit Hamon veut « taxer les robots qui remplacent les humains pour financer la protection sociale » et propose de « requalifier les collaborateurs en salariés dans les sociétés dites « ubérisées. »  Jean-Luc Mélenchon veut mettre en place un « service public nouveau de l’Internet », et des « Maisons collectives du numérique en développant les répare-café et fablabs. » Le clivage gauche/droite existe tout de même en matière de numérique : les candidats issus de la gauche évoquent les enjeux de souveraineté liés au numérique. Par exemple, Benoit Hamon et Sylvia Pinel veulent taxer les GAFA et autres « entreprises étrangères opérant par la voie de l’économie numérique ».Jean-Luc Mélenchon demande que « la sphère publique refuse de travailler avec des entreprises étrangères type GAFA pour préserver l’indépendance et la sécurité des données de la France ». Courage Jean-Luc !

num-450

Enregistrer

A voir

Parr-450

Le Mambo FPV est taillé pour la course

Parrot lance le Mambo, un drone ludique compact et ultraléger...