Accueil / Actualité / Oppo veut sa part d’Europe

Oppo veut sa part d’Europe

A part les geeks, les technologues et quelques observateurs professionnels, peu d’Européens connaissent Oppo.

Le constructeur chinois est pourtant le deuxième de sa patrie, derrière Huawei , ce qui en fait quasi arithmétiquement le quatrième mondial. Et sans doute le premier de la planète si l’on additionne ses parts de marché avec sa sœur jumelle Vivo, autre filiale du même groupe. Diffusé dans une trentaine de pays, Oppo équipe deux millions de consommateurs. Il aura fallu attendre le 19 juin pour que le constructeur se décide à s’implanter (officiellement) sur le vieux continent, avec en ligne de mire la France, l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas.

Le reste du Vieux Continent ne devrait pas tarder à suivre. Le constructeur a longtemps été plus préoccupé par l’Asie de l’Europe, vue depuis Pékin comme un étranger marché, totalement morcelé où il faut séduire trois à quatre opérateurs locaux et surtout adapter ses téléphones aux normes techniques de chaque pays. Soit autant de filiales et d’équipes marketing et techniques pour un territoire certes riche, mais deux fois moins gros que l’Inde par exemple.

Et puis, autre problématique, comment se distinguer sur un marché aussi concurrentiel que le nôtre. Derrière Apple et Samsung, des dizaines de marques se disputent les faveurs du consommateur avec des fortunes variables, et surtout des prix systématiquement tirés vers le bas. Oppo sait parfaitement qu’Apple se goinfre 85% des bénéfices générés par l’industrie des mobiles et que Samsung absorbe quasiment tout le reste. Donc plutôt que d’agir comme les autres, Oppo a décidé de suivre une voie originale.  D’habitude, les marques (essentiellement chinoises d’ailleurs) qui s’implantent par chez nous proposent des gammes d’appareils plutôt bien équipés à des tarifs ras des pâquerettes. Mais rien qui permette de se distinguer de la masse concurrentielle. De quoi grignoter quelques fractions du marché. D’ailleurs cette stratégie éprouvée se traduit régulièrement par des départs et des faillites.  Oppo a choisi de se distinguer par une stratégie résolument  à l’inverse des autres.

Primo, le constructeur a voulu faire son show. Il a choisi l’extraordinaire musée du Louvre à Paris pour se présenter et exposer son nouveau fleuron le Find-X. Oppo avait fait venir tout le ban de la presse européenne spécialisée et surtout les représentants des principaux distributeurs et opérateurs des pays visés. Cristiano Amon, président de Qualcomm Incorporated avait également fait le voyage. Il arrive parfois que la vie du journaliste techno soit ensoleillée par quelques instants privilégiés et celui-ci en fut un.

Deuxième manière de trancher avec la grande masse des constructeurs : adopter un positionnement très haut de gamme. Présenté en première mondiale le 19 juin, le Find X est vendu 1 000 euros dans sa version de base, et 1 700 euros dans sa version co-brandée avec Lamborghini, ce qui en fait un champion tarifaire mondial. Le client en a il est vrai pour son argent. Le premier modèle dispose ainsi d’une mémoire de 256 Go et le seconde de 512 Go, autant et même davantage que nombre d’ordinateurs.

Le Lamborghini possède aussi un chargeur ultra-rapide capable d’effectuer une charge en 35 minutes.  Outre un processeur Snapdragon  845 puissant et doté d’un module d’intelligence artificielle, le Find-X propose un écran (magnifique) de 6,42’’ bord à bord et sans encoche, des caméras 3D avant et arrière de 16 et 20 Mp, une technologie de reconnaissance faciale. Les finitions sont en verre, en acier ou en carbone. Tout ce ceci est très bien, mais insuffisant pour justifier un prix aussi élevé et surtout faire la différence avec les camarades constructeurs.

Le Find-X se distingue de la masse des smartphones, iPhones inclus, par son système de tiroir motorisé qui fait apparaitre et disparaitre  l’appareil photo du corps du smartphone  en une fraction de seconde. Intérêt de l’affaire ? La solution démontre le savoir-faire technologique d’Oppo et fait du Find-X un téléphone différent. Sinon, ce système de tiroir permet de protéger les lentilles optiques de la poussière externe et de la saleté des doigts. Et c’est tout. A notre avis, l’affaire pose surtout des problèmes. Déjà, l’appareil ne peut pas être étanche. Donc pas de certification IP 67 ou 68 comme ses principaux concurrents l’iPhone X et le Galaxy S9.

Impossible aussi de protéger l’appareil avec une coque externe. On peut également craindre qu’à la plage ou ailleurs, des grains de sable ou de poussière endommagent sérieusement  cette mécanique de très grande précision. Dommage  pour un téléphone aussi onéreux. Enfin, Oppo promet que ce système peut fonctionner 300 000 fois.

Promis : IT Numeric n’ira ne pas vérifier cette affirmation.

A voir

N’existerait-il pas une certaine France de la flemme…?

D'éminents responsables politiques osent dire des choses qui fâchent...