Accueil / Actualité / Ordinateurs : il faut s’attendre à une diffusion en chute sévère pour l’année en cours.

Ordinateurs : il faut s’attendre à une diffusion en chute sévère pour l’année en cours.

Les prévisions pour les ordinateurs ne sont pas orientées vers l’optimisme. Elles rejoignent un climat sur tonalité générale de grisaille affectant de nombreux segments de la techno.

DVSM, 4 juillet 2022. Il va falloir faire contre fortune bon cœur au cours des prochains moins. Pour l’année en cours, la chute dans les ventes de PC pourrait flirter avec la barre des -10%. La société Gartner, analyste basé à Stamford, dans le Connecticut (USA), dont les études figurent parmi les plus suivies, table sur des ventes en repli de -9,5%, perspectives établies alors que l’ampleur de l’inflation et de ses conséquences reste très évolutive. En outre, dans de nombreuses régions de la planète, ce marché des ordinateurs subit aussi le contrecoup de l’accélération des mises à niveau que ménages et entreprises ont engagées lors des temps les plus aigus de la pandémie.

Ces ventes volumineuses sont derrière nous. Il s’était vendu 342 millions d’unités en 2021, alors que 2022 devrait voir se replier ce score jusqu’à 310 millions de pièces. Si la part des entreprises ne devrait être réduite que de -7,2%, celle du grand public dévissera plus sévèrement encore, à -13,1%. Des fluctuations variables selon les horizons. Par exemple, les territoires dit de l’EMEA (Europe et Proche et Moyen Orient) devraient endurer une plongeon de l’ordre de -14%, tous segments confondus. Quand les ventes de certains équipements s’émoussent, c’est la bagarre qui prend le relais, et pourtant, l’important étant de préserver CA et profitabilité, l’heure est venue de savoir vendre moins, mais mieux.

Source DVSM

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.