Accueil / Actualité / Pandémie et business : aux prises avec les pénuries et -surtout- leurs conséquences….

Pandémie et business : aux prises avec les pénuries et -surtout- leurs conséquences….

Matières premières absentes, composants non fabriqués, transports de marchandises devenus hors de prix, les suites de la pandémie (qui n’est par terminée) s’avèrent plus douloureuses que prévu.

 DVSM, 19 octobre 2021. La première des conséquences de cette sortie chaotique n’est autre que la collecte lourdement contrariée des recettes. Plus concrètement et familièrement exprimé, cela revient, dans le monde du commerce, à l’impossibilité de faire renter l’argent mieux que partiellement. Il était sans doute plus juste que certains ont cru pouvoir le contester de parler de conditions presque « de guerre », contre le virus. Certes, en comparaison avec ce que l’Hexagone avait subi au sortir du conflit de 39-45, le virus n’a détruit aucun pont, aucun dépôt de chemin de fer, aucune école, etc. Mais en revanche, l’arrêt forcé de nombreuses activités, au niveau planétaire, rend tout redémarrage bien plus complexe qu’imaginé. Et déjà, chacun comprend que les pénuries décrites dans de nombreux secteurs ne seront pas résorbées à court terme. L’une des victimes, parmi tant d’autres, est le nouvel iPhone, matricule 13 (nous avions, dans un clin d’œil, fait allusion au choix exposé aux superstitions de ce nombre pas comme les autres…) dont le célèbre fabricant californien admet à présent qu’il y aura probablement sur la fin d’année moins d’exemplaires disponibles qu’espéré. 

Le phénomène des pénuries est largement décrit dans les médias, lesquels semblent en général ne pas aller jusqu’au bout du bout du phénomène. Ainsi, lorsque des usines dans l’industrie automobile ferment des unités de production, cela revient à déplorer que des concessionnaires ou enseignes de revente ne pourront pas facturer des produits… non livrables. De quoi engendrer des difficultés de gestion à l’heure où le « quoi qu’il en coûte » n’est plus d’actualité.

Pire, d’autres phénomènes viennent alourdir ces conditions conjoncturelles, comme l’explosion des prix des carburants (qui ne peut qu’être répercutées sur tous les produits, y compris les plus quotidiens*) ou l’alourdissement, typiquement à la française, de nombreux éléments de fiscalité (comme les taxes locales, dont foncières, qui semblent, à peine masquées, compenser la partiellement défunte taxe d’habitation). L’espoir jadis caressé de voir l’épidémie vaincue faire place à une reprise « comme avant » des toutes les activités est définitivement oublié.

* Fruits et légumes sont acheminés vers les points de vente par des véhicules qui fonctionnent avec des carburants, par exemple…

Source DVSM

A voir

Passer à un modèle de sécurité Zero Trust sereinement

Les récentes cyberattaques(comme celles de Colonial Pipeline et de Kaseya),l’évolution rapide des environnements de travail et l’explosion du télétravail....