Accueil / Actualité / Pétrole, danger…! Inexorablement les cours du brut remontent

Pétrole, danger…! Inexorablement les cours du brut remontent

Dans une indifférence quasi générale, les cours de l’or noir ont repris leur ascension vers les sommets. On ne respire plus…!

DVSM, février 2019. Difficile d’oublier comment a démarré la crise dite des gilets jaunes qui s’est concrétisée par un premier samedi de manifestations et violences mi-novembre et qui n’est toujours pas endiguée. Certes, il y avait cette taxe sur le gazole, goutte de fiscalité qui a fait déborder le verre du mécontentement (bien exprimé, non…?) Pourtant, cette poignée de centimes aurait pu être « avalée » sans que trop de consommateurs n’y prêtent attention si elle n’était venue couronner un prix de base que les producteurs et les spéculateurs avaient réussi à porter à des sommets la valeur du brut. L’Hexagone, dans ce sens, n’a pas eu de chance. Tombant quelques semaines plus tard, cette micro-ponction aurait même pu être bien acceptée, car largement compensée par des tarifs pétroliers au plus bas.

Et alors, que de tourments évités…! Les gilets couleur jonquille seraient même très probablement restés dans les boîtes à gants, disponibles pour tout danger physiquement ressenti. Oubliées les envies de référendums, les besoins de débattre jusqu’à trop soif, les « Macron démission », et peut-être même, économie de quelques 10 milliards d’euros de liquide déversés pour éteindre un incendie à ce jour non maîtrisé. Las, c’est ce vêtement protecteur que désormais tout le monde redoute. Mais les temps changent, les tableaux de Wall Street aussi.

Il ne faut en effet pas oublier que les cours n’ont rien à voir avec le coût réel de l’extraction du précieux liquide, qui s’enflamme davantage par sa valeur d’échange que sous l’effet d’une allumette. C’est ce qui se produit en cette mi-février, car le même nectar s’est, en marchant sur des œufs, revalorisé de 30% par rapport au niveau où il était tombé il n’y a que quelques semaines. Les même causes vont-elles produire les mêmes effets…? Et si la remontée se poursuit, faut-il redouter une réanimation des protestations urbaines…? (d’autant plus que, comme pour mettre de l’huile sur ce feu qui couve toujours, quelques députés dégourdis n’ont pas trouvé mieux que de suggérer le retour de cette taxe dite carbone). Il est clair qu’en hauts lieux, certains ne quittent plus des yeux les pompes par lesquelles la révolte pourrait rebondir.

Source DVSM

A voir

La ville, le centre, la banque, l’horloge, enfin les bonnes pistes…?

Inattendu ! Des banques envisagent soudain d'élargir l'amplitude horaire des ouvertures de leurs agences. Il aurait peut-être fallu y songer plus tôt.