Accueil / Actualité / Photo, désormais le plus puissant des arguments pour les smartphones…?

Photo, désormais le plus puissant des arguments pour les smartphones…?

Le face à face commence. En quelques mois, les performances des meilleurs smartphones métamorphosent les rapports entre univers des télécoms et monde de la photographie…

 DVSM, mai 2018 – Ils avaient commencé avant l’époque des smartphones. Les téléphones mobiles osaient un couplage parfois jugé étrange. Entre téléphoner et prendre des clichés, quel pouvait bien être le rapport…? Il y en avait pourtant bien un. Au moins. Ce téléphone était tout le temps dans la poche de l’utilisateur… Donc disponible à n’importe quel moment. Et dans les services de R&D de la téléphonie, tant du côté des fabricants que des opérateurs, les communications du futur se préparaient. Si le concept du smartphone n’était pas encore défriché (et déchiffré) le futur d’un univers dans lequel les transmissions de données allaient devenir l’axe dominant d’un business aux limites difficilement évaluables était déjà incontournable et logiquement pris en compte. D’où ce début de grignotage à coups de capteurs infinitésimaux en taille et nombre de pixels, mais gigantesques en promesses.

Progressivement, les smartphones, cette fois-ci bien identifiés, et les usages, d’Intagram aux selfies, bien implantés, ont commencé à picorer dans le gâteau des APN, manœuvre dont, comme de coutume, les fabricants historiquement les plus « photo » n’ont pas immédiatement compris la portée (moins que ceux du camp électronique). Le créneau des compacts a dès lors commencé son incontrôlable glissade vers le bas d’une planche qui ne pouvait être que fortement savonneuse.

Désormais, c’est l’heure du face à face qui a sonné. On ne se bat plus sur les franges de l’utilisation, mais en plein cœur. Pourquoi…? Parce que tant sur le plan des typologies de clientèles que dans la violente bataille au sommet entre ténors de la smartphonie, les armes de différenciation, et en particulier celles qui peuvent être bien comprises par le public, deviennent plus rares. La 5G qui se profile à l’horizon (dans un an, il y en aura à vendre) et même la généralisation de la 4G ont imposé des aptitudes techniques qui se nivellent vers le haut. Même les appareils à valeur modeste, les entrées de gammes, deviennent capables de transmettre, d’afficher, de traiter à relativement haut niveau. Pour un usage conventionnel, le chaland qui opte pour un Wiko (par exemple) ne perd pas grand-chose par rapport à ce qu’il peut obtenir avec un équipement très prestigieux. Seul, l’écosystème d’Apple se différencie réellement. Ce que ne permet pas réellement Android, l’OS devenu le standard de tous les autres.

La photo, avec ses fonctions et ses capacités techniques, est en revanche le siège de plus-produits significatifs. D’autant plus que, l’industrie photographique ayant du mal à concevoir des compacts experts dignes des attentes de véritables amateurs éclairés*, le cheminement dans les motivations d’un client en arrive inéluctablement à l’option smartphone, pour lequel il est possible de dépenser plus, l’achat d’un compact devenant de moins en moins justifié. Huawei est l’un de ceux qui proclame le plus fort avoir compris en mettant en avant des atouts photo qu’Apple (notamment avec le 8S) ou Samsung savent aussi mettre en avant. Et il ne sont, et ne seront pas les seuls. Rendez-vous à l’automne.

* Hormis chez Sony et Panasonic (et encore de manière perfectible), l’incontournable trio encombrement + viseur électronique performant + écran orientable reste quasi inconnu au bataillon. A quoi sert un traitement d’image de haute volée si l’on ne peut viser correctement en plein soleil ou prendre un cliché au ras du sol…?

Source DVSM

A voir

Mobileye s’adjuge huit millions d’autos

Pour les sceptiques qui s’interrogeaient sur les quinze milliards de dollars dépensés dans l’acquisition de Mobileye...