Accueil / Actualité / Photo, le bridge super zoomé, un peu mal aimé, a pourtant et de loin plus de pouvoir séducteur…

Photo, le bridge super zoomé, un peu mal aimé, a pourtant et de loin plus de pouvoir séducteur…

Nikon est de ceux (constructeurs) qui le démontrent. Son Coolpix P950, un « ultra » ultra zoom vient à point nommé. Attention, chaque défaut supposé est aussi un argument confirmé.

 DVSM, 26 février 2020. Bientôt à vendre à moins de 900 euros, voilà un nouvel objet qui devrait amplifier l’embarras du choix. Si ce bridge est un peu moins extrémiste (et un peu moins cher) que son aîné le Coolpix P1000, en limitant à x83 au lieu de x125 sa « puissance » de zoom, il devrait mieux exploiter les 16,7 millions de pixels du capteur 1/2,3 de pouce commun au deux machines. Ceci tout en limitant les effets de frustration de l’opérateur, car avec une focale annoncée jusqu’à 2000 mm, voir loin (un argument que la marque met en avant dès l’ouverture de sa page du Net consacrée au nouveau venu) n’est plus un problème. D’autant plus qu’entre autres arguments, est mis en avant un prise de vues éloignée au top du top qui ne vibre pas. Sans oublier un grand angle « vrai » à 24 mm, (l’autre bout de la lorgnette)  la vidéo 4K, une connectivité SnapBridge, un viseur électronique OLED qui semble sympa…

Au-delà, viennent les sempiternelles circonvolutions autour du concept. Ouais… le bridge… C’est quand même gros, par rapport à la taille des hybrides. Oui et non, car même hybride (sans miroir), une optique du même calibre ne serait en rien véritablement moins encombrante. Ce point rejoint d’une manière assez proche celui du poids. Un sans miroir est léger, mais avec sa petite panoplie dans le sac, la coiffe des rotateurs* n’est pas à la fête. D’ailleurs, au chapitre des objectifs, argument pour le client, il n’y en aura aucun à acheter. Chouette…! Non, idiot, plus on peut vendre d’accessoires, mieux cela vaut, non…? Erreur, justement, débarrassé de l’angoisse « cailloux », il reste toutes les autres, comprenez motivations d’achats, et le choix n’est pas mince, chez Canon et autres fournituristes. Il y a même plus subtil à évoquer, si nécessaire, dans le fait qu’un bridge a probablement fait l’objet chez le constructeur d’une conception privilégiant la meilleure cohérence possible entre tous ses composants. Ce qui n’est pas forcément le cas avec l’élaboration au fil des saisons d’une panoplie composite.

Reste l’ultime thème de réflexion qui concerne un tel appareil, à la fois tout nouveau, mais aussi représentant de ce que certains décrivent déjà comme d’une génération en voie de passage à la pré-retraite. Voilà bien le genre de pensées à chasser de l’esprit. Ces pleins formats aux pixels débordants sont fascinants, mais encore onéreux. Un client aura largement le temps d’exploiter un tel ensemble, qui n’est tout de même pas une antiquité, avant que ces néo-APN deviennent aussi abordables. Le temps arrange bien des choses.

* Sans eux, l’épaule n’est plus rien.

Source DVSM

A voir

Le prochain CES, annulé physiquement, sera seulement virtuel…

Les conséquences de la pandémie se prolongent déjà sur l'année 2021.