Accueil / Actualité / Pouvoir d’achat, réalités et sensations, vérités et illusions….

Pouvoir d’achat, réalités et sensations, vérités et illusions….

L’épisode interminable des gilets jaunes a suscité les initiatives de nombreux observateurs et sondeurs. Conclusion (provisoire), les choses ne sont pas simples…! Mais qui l’eut cru…?

– DVSM, février 2019. Comme pour la température, il y a pour la situation de chacun la réalité et… le ressenti. C’est ce que met en lumière l’Observatoire Cetelem dont la dernière édition en date vient d’être dévoilée. Ce document compile les résultats d’une enquête fort intéressante, qui ne se limite pas à notre territoire, mais englobe 17 pays européens, et fait ressortir des éléments révélateurs. En France, et sans doute indissociable du mouvement de gilets jaunes dont certains représentants indiquent qu’il est lié au pouvoir d’achat, 59% des individus estiment que pour eux, cette capacité à consommer a baissé depuis un an (contre 33% en moyenne européenne et 24% en Allemagne). Ajoutons les 30% qui ne perçoivent rien de mieux qu’une stabilité, et il ne reste que 10% de la population capable de ressentir une amélioration de leur condition.

Mais une autre série de mesures permet de comprendre que les ressentis sont bien plus flous. Ainsi, si 48% des consommateurs indiquent qu’ils n’ont pas envie de consommer, seulement 28% justifient cette attitude par le fait de ne pas avoir les moyens de dépenser, 20% n’ayant pas envie de consommer tout en reconnaissant en avoir la possibilité. Clair…? Pas tant que cela. Car parmi les 52% qui ont envie de consommer, seulement 8% estiment en avoir les moyens, 44% estiment ne pas les avoir. De ces méandres de réponses, qui paraissent effectivement bien refléter les soucis évoqués pour cette capacité à dépenser, il ressort aussi une envie non négligeable de se livrer à une consommation qui peut s’expliquer par de nombreuses causes, allant de l’absence de nécessité ou d’envie à une grande prudence pour l’avenir.

Par conséquent, ce ressenti sur le pouvoir d’achat dépend des moyens disponibles et rapporté au pouvoir motivant de l’offre. Ce qui s’observe dans les univers ou passions ou forts intérêts (comme ceux qui constituent l’actualité de KELEREPUS, proche cousin de DVSM), où les clients n’hésitent pas à dépenser beaucoup, parfois même au-delà du raisonnable d’un point de vue de profane bien sûr. En outre, si l’on fait abstraction de la phase actuelle de l’épisode des gilets jaunes (amorcé d’une manière excrément limpide par le refus d’une taxe de plus, et donc de trop, sur le gazole), le souci d’une gestion prudente de l’économie du ménage et la nécessité de consommer avec prudence ne sont-ils pas des comportements vieux comme le monde…?

Source DVSM

A voir

Télécoms: l’avenir vire-t-il au gris pour les boutiques d’opérateurs…?

Faut-il s'attendre à une réduction sensible du nombre des points de vente des acteurs de la téléphonie mobiles…?