Accueil / IT Business / Que s’est-il passé cet été ?

Que s’est-il passé cet été ?

Non la Terre ne s’arrête pas de tourner pendant que nous limaçons au soleil. Non, le train de l’actualité est certes moins chargé en août qu’à d’autres périodes de l’année, mais il n’en continue pas moins d’avancer. Rappel de quelques évènements que vous avez pu manquer.

Fini pour Bull. Le fleuron de l’informatique national, qui  a tellement couté au contribuable est devenu une division d’Atos. Les détails de la mécanique financière sont assez complexes. Retenons simplement que la SSII dirigé par Thierry Breton détient 82,4% du capital du constructeur, valorisé à 620 millions d’euros. En général, ce sont les constructeurs qui s’offrent des SSII. Alors comment expliquer ce paradoxe ?

Les observateurs soulignent qu’Atos n’a pas réussi à empêcher le rapprochement de ses deux concurrents Sopra et Steria. Mais surtout, en rachetant Bull, Atos se positionne instantanément comme un acteur de poids sur deux secteurs en pleine croissance : la sécurité informatique et le Cloud Computing. Atos est tellement confiant que l’entreprise annonce que son profit net sera supérieur en 2014 à celui de 2013.

Autre évènement significatif : la progression réelle du marché des Chromebooks, ces ordinateurs qui fonctionnent sous Chrome, l’operating system développé par Google. Le marché mondial devrait absorber 5,2 millions de machines cette année contre 2,9 millions en 2013. C’est pour l’instant peu de chose à l’aune du marché mondial de la micro-informatique, mais l’affaire prospère avec régularité. Selon les analystes du Gartner, en 2017, il se vendra une quinzaine de millions de machines sur il est vrai un total de 316 millions d’unités.

Pour l’instant, Samsung s’approprie les deux-tiers de ce marché, mais il doit faire face à une montée en puissance de nouveaux acteurs, HP, Acer, Dell et Lenovo en tête.

Pour conclure cet été évènementiel, retenons de la dernière conférence Black Hat 2014 de Las Vegas deux alertes particulièrement importantes. Le chercheur en sécurité informatique Ruben Santamarta a expliqué que les méthodes de communication par satellite employées par les avions de ligne « sont ouvertes et vulnérables ».

Pour faire court, la sécurité des passagers est réellement menacée. Un autre chercheur a expliqué comment il a pu prendre le contrôle complet du système informatique d’un hôtel où il résidait. En manque d’occupation, l’informaticien Jesus Molina a commencé de s’amuser avec un iPad prêté par l’établissement. Deux temps et trois mouvements plus loin, le système informatique avait changé de patron. Un vrai thriller.

A voir

texa-1-

Le Texas ouvre ses routes en grand

Un nouvel état américain veut permettre aux constructeurs de tester leurs véhicules sur ses routes.