Accueil / Actualité / Qwant surfe sur la vague d’angoisse populaire

Qwant surfe sur la vague d’angoisse populaire

Le moteur de recherche français Qwant a des ambitions sérieuses.

L’équipe d’Eric Leandri veut tripler son chiffre d’affaires en 2018 ainsi qu’en 2019, en profitant notamment cette année de l’angoisse croissante des Européens pour la protection de leurs données personnelles. Lancé en 2013, Qwant mise sur le respect de la vie privée pour concurrencer Google : pas de traceur publicitaire, ni de technologies d’indexation du web maison, et des serveurs basés en Europe. Qwant affirme que des affaires comme le scandale Cambridge Analytica ou la vente de données par Facebook favorisent ses affaires.

Aujourd’hui, le moteur dénombre 70 millions de visiteurs uniques par mois contre 48 millions en début d’année. Qwant reste cependant un nain face à Google : l’an dernier le moteur a généré un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros (sans profits) et vise un CA de 10 millions cette année et 30 millions en 2019, une paille face aux dizaines de milliards de dollars de la firme californienne.

L’an dernier, Qwant a enregistré 9,5 milliards de requêtes, soit à peine trois jours chez Google. Le passage à l’échelle supérieure passe par l’édification d’un écosystème comme une plateforme musicale, un service d’informations, des moyens de paiements, l’accès dans de nouvelles langues ou une messagerie sécurisée. Ce développement suppose de nouvelles ressources. Qwant financé par la Caisse des dépôts et le groupe allemand d’Axel Springer envisage une nouvelle opération de levée de fonds entre 100 et 200 millions d’euros.

A voir

Centre-ville, qui peut redynamiser le commerce des avenues…?

La réponse est simple, c'est le commerce lui-même qui peut réagir, à condition de ne pas trop attendre.