Accueil / Actualité / Radio numérique terrestre, après l’heure est-ce encore l’heure ?

Radio numérique terrestre, après l’heure est-ce encore l’heure ?

Moment clé pour cette radio qui cherche à se numériser selon le modèle de la TNT.

 DVSM, novembre 2018 – Voici un moment chaud pour le DAB+, radio numérique terrestre. Celle-ci a ses adeptes. Leurs arguments ne sont pas dépourvus d’aspects intéressants. Ils concernent essentiellement la qualité de transmission et l’absence de tout parasitage. Mais jusqu’à ces derniers temps, le plus grand des handicaps pour cette radio innovante tient aux… acteurs de la radio, qui n’ont guère envie d’entrer dans cette danse. Lesquels ont aussi des arguments qui ne manquent pas de pertinence.

Comme cela a déjà été évoqué dans nos pages, l’inconvénient de cette technique est qu’elle nécessité l’implantation de grandes quantités d’émetteurs, ce qui rappelle le principe de la télévision terrestre. Mais l’investissement n’est pas la seule ombre au tableau. C’est davantage la probabilité d’un double emploi avec le futur proche de la téléphonie mobile et cette déjà célèbre 5G qui sème le doute. Elle aussi véhiculera de la radio, et son éclosion est inéluctables (et déjà amorcée). D’autant plus que l’écoute de la radio est très largement celle qui se pratique en voiture. Or, il n’y a aucun doute sur le fait que les automobiles vont de plus en plus être connectées d’origine, en 4G ou surtout, 5G. Les constructeurs et beaucoup d’autres acteurs visent à travers des réseaux de nombreux services potentiels à mettre en usage, sans oublier ce que va nécessiter le cheminement désormais entamé vers une automobile de plus en plus autonome.

Au moment où arrivent de nouvelles échéances dans les attributions de fréquences, tout pour ce déploiement en France se joue finalement moins sur le registre des avantages ou des inconvénients que sur point bien plus terre à terre, qui y va…? Selon les derniers bruits circulant, la décision du groupe RTL d’entrer dans la danse ou non pourrait être déterminante, dans les attributions qui doivent être opérées de manière imminente.

Il reste que le modèle de la TNT n’est sans doute pas celui qui présente le plus d’éléments capables d’inciter ces acteurs potentiels. Largement débordée par l’ADSL, cette formule de diffusion également concurrencée par le satellite perd des parts dans de nombreux pays, et des rumeurs d’abandon ont même été entendues sous divers horizons.

Source DVSM

A voir

L’Europe sans frontières a désormais le vent des datas en poupe

Les mesquineries juteuses de la téléphonie voyageuse ont pris fin. Et les effets positifs sont sans appel...