Accueil / IT Business / Communiqués / Rayna Stamboliyska rejoint YesWeHack au poste de Vice-Présidente Governance and Public Affairs

Rayna Stamboliyska rejoint YesWeHack au poste de Vice-Présidente Governance and Public Affairs

Rayna Stamboliyska sensibilisera les responsables institutionnels sur la nécessité d’associer la maîtrise du risque numérique à la maîtrise du contrôle continu de la sécurité et à la nécessaire gestion de vulnérabilités pour répondre aux évolutions des attentes des organisations.

Paris, France – Le 4 mars 2020 – YesWeHack, le leader européen du Bug Bounty, annonce la nomination de Rayna Stamboliyska au poste de Vice-Présidente Governance and Public Affairs. À ce poste, Rayna Stamboliyska jouera un rôle essentiel pour renforcer les relations de YesWeHack auprès des responsables institutionnels en France et en Europe. Ce faisant, elle contribuera à créer et consolider toujours plus les liens entre YesWeHack et les décideurs et législateurs du numérique. Elle est directement rattachée au CEO et co-fondateur de YesWeHack, Guillaume Vassault-Houlière.

Dans le cadre de ses responsabilités, Rayna Stamboliyska s’attachera plus particulièrement aux enjeux stratégiques de la cybersécurité et de gouvernance du numérique, et sera, à ce titre, l’interlocutrice privilégiée des acteurs institutionnels et des décideurs. Sa mission sera de faire la jonction entre le savoir-faire de YesWeHack et sa communauté de hackers éthiques, et les besoins d’une société connectée reposant sur toujours plus de services numériques.

L’un des sujets principaux dans la mission stratégique de Rayna Stamboliyska est la divulgation coordonnée de vulnérabilités, processus visant à encourager la gestion responsable de vulnérabilités. Afin d’amorcer ce volet de son travail, elle vient de publier avec YesWeHack un livre blanc dédié. De plus, Rayna Stamboliyska consolidera la participation active de YesWeHack au consortium SPARTA, l’un des quatre projets de recherche pilotes de la Commission européenne.

« La nomination de Rayna répond à notre volonté de consolider notre leadership européen sur des volets institutionnels, stratégiques et de recherche qui requièrent une réelle expertise », déclare Guillaume Vassault-Houlière, CEO et co-fondateur de YesWeHack. « Quand il s’agit de cybersécurité, les enjeux institutionnels et législatifs sont aujourd’hui nombreux et incontournables. Rayna sera notre porte-parole auprès des institutions et des législateurs nationaux et européens, pour inscrire dans leurs agendas les enjeux de la responsabilité collective de la sécurité que traduit le Bug Bounty. Un levier pour ce faire est le travail fondamental autour de la divulgation coordonnée de vulnérabilités que Rayna a déjà amorcé avec un livre blanc dédié. » 

Pour mener à bien sa mission, Rayna Stamboliyska s’appuye sur une expérience acquise auprès de différentes organisations, en France et à l’international. Avant de rejoindre YesWeHack, Rayna Stamboliyska était Deputy CISO et DPO au sein du Groupe Oodrive, portant une attention particulière à l’élaboration de pratiques de sécurité et de privacy-by-design. Experte en gestion des risques et des crises, elle est également intervenue en tant que consultante en gouvernance de sécurité et conformité auprès d’organisations internationales telles que la Banque mondiale, l’OCDE, l’UNESCO, entre autres. Rayna enseigne à Sciences Po Paris, à l’IAE de Poitiers et intervient à l’INHESJ.

Rayna Stamboliyska tient la chronique « 50 nuances d’Internet » sur ZDNet.fr et intervient de façon régulière lors de conférences et ateliers en France et en Europe. Elle est également l’auteure de « La face cachée d’Internet » (éd. Larousse), primé par le Prix du livre Cyber « Grand Public » au Forum International de Cybersécurité (FIC) 2018. Elle a aussi étudié l’impact des données et technologies de l’information dans de nombreux pays en situation de conflit et post-conflit, notamment en Europe de l’Est, Asie Centrale et au Moyen Orient.

A voir

Le chiffre d’affaires d’Alibaba Cloud a progressé de 62 % sur son dernier exercice fiscal

Portés par une forte adoption du cloud public et hybride, les revenus d’Alibaba Cloud se sont établis à 5,1 milliards d’euros pour l’exercice fiscal clos au 31 mars 2020.