Accueil / Covid-19 - Tech...Distri Qui fait Quoi ! / Reconnectez-vous au toucher grâce à l’haptique

Reconnectez-vous au toucher grâce à l’haptique

Distanciation sociale : une privation comme révélateur de l’importance du sens du toucher dans notre relation aux autres
La pandémie de COVID-19 qui sévit sur la planète fait peser un risque sanitaire majeur à l’humanité. Face à l’absence d’outils de lutte efficaces tels que des anti-viraux ou encore des vaccins, les états s’en remettent à la seule solution pour limiter la propagation du virus : le confinement à domicile – version ultime de la distanciation sociale.
Derrière cette mesure, l’objectif est de limiter la transmission du virus directement par voie orale soit indirecte par un contact physique main ou bouche.
Cette mesure nécessaire, nous a violement fait prendre conscience de l’importance du sens du toucher dans la communication interpersonnelle.

La signification des gestes de communication tactiles : La poignée de main
A l’époque du moyen-âge, tendre la main était un signe d’attention bienveillante au moment de se saluer. La main ainsi montrée rassurait l’autre car elle ne pouvait dissimuler une épée ou un poignard.
Désormais, geste de reconnaissance universelle, la poignée de main contribue à la communication non orale et, pour celui qui s’y intéresse, peut en dire long sur celui qui la pratique. Ainsi, la distance en fonction de l’allongement du bras, indique l’acceptation ou non de l’autre dans la bulle intime. De la même façon on étudiera l’orientation de la paume comme signe d’ouverture ou non.

Le toucher comme acte de soin
Tout comme le sens de l’odorat, s’il n’est pas régulièrement sollicité, le toucher perd en sensibilité. A l’inverse, plus la peau est touchée, plus les mécanorécepteurs deviennent réceptifs.
La plupart des professions médicales utilisent ce sens soit pour affiner un diagnostic ou bien pour prodiguer un soin.
Le dermatologue pourra analyser la rugosité d’un mélanome pour déterminer s’il est malin ou non.
Le kinésithérapeute ou encore l’ostéopathe en posant leurs mains sur un tendon ou une articulation sont capables d’analyser toute information mécanique et de corriger le dysfonctionnement bio-mécanique par une pression appliquée en un point précis.

Notre mémoire sensorielle
Tous les chineurs du dimanche vous le diront : avant d’acheter un objet sur une brocante, il faut le manipuler, le toucher pour l’observer dans tous les sens et en découvrir tous les secrets. Fermez les yeux et remémorez-vous vos souvenirs d’enfance. La ballade dans la vieille guimbarde du grand-père, le match de foot suivi sur un poste radio, le moulin à café…sont autant de souvenirs qui associent l’odeur et la sensation d’un fauteuil en cuir, celle d’un bouton chromé, la douceur d’un coffret en bois. Ce sont autant d’éléments fondateurs qui constituent la colonne vertébrale de notre mémoire sensorielle.

La disparition du toucher dans notre quotidien
C’est dans cet univers tangible, fait de boutons et de molettes qu’émerge dans les années 2000 l’écran tactile. La sortie du premier smartphone constitue un tournant. En quelques années, le téléphone portable avec clavier mécanique disparait quasiment. Le BlackBerry est certainement le symbole le plus fort de cette bérézina des claviers mécaniques ! Et ceci ne constituait que le hors d’œuvre, car l’appétit de l’écran tactile est sans limite : écran ordinateur, borne interactive, DAB, montre connectée…la digitalisation de notre quotidien a (enfin ?!) trouvé son porte étendard !

La reconquistada
Aujourd’hui, l’emprise des écrans tactiles sur les objets courants n’est plus à démontrer. Ce succès repose sur leur versatilité : reconfigurer une interface de commande devient aussi souple que coder quelques lignes de programmes. Pour autant, la perte de la dimension haptique se traduit par une difficulté à contrôler efficacement, à sélectionner dans toute situation telle ou telle fonction d’un menu. Et que dire de la problématique de l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap visuel ou bien les seniors.

Dès lors la seule réponse possible est d’introduire le retour haptique dans l’écran directement. Du vibreur de votre téléphone portable qui émule une sensation de bouton (comme sur l’iphone 7 et au-delà), à la manette de jeu avec un retour de force intégré, l’haptique fait actuellement un come-back tonitruant.

Et ce n’est que le début ! Une nouvelle génération de technologies permettant à la fois une restitution plus réaliste, plus fine et localisée (le retour n’est présent que sous le doigt et pas seulement en face arrière du téléphone).

C’est à l’avènement de révolution sensorielle, que les experts en nouvelles technologies qualifient de 2nde révolution après celui de l’écran tactile, que nous allons assister dans les prochaines années.

L’avenir du toucher passera par l’haptique
Grâce aux nouvelles technologies haptiques il devient possible de ressentir au doigt des objets, des textures, des reliefs à distance. Le développement consiste à leurrer notre cerveau grâce à des vibrations qui reproduisent quasi à l’identique le sens du toucher : donner l’impression de caresser les écailles d’un poisson, la texture d’une robe, de couper un fruit ou encore de ressentir les lettres d’une phrase sans la regarder alors que l’on passe simplement son doigt sur un écran tactile.

La technologie haptique que nous déployons chez HAP2U s’appuie sur des capteurs piezo-électriques intégrables sous les écrans et des puces électroniques permettant de piloter ces capteurs. En travaillant ensuite sur le coefficient de friction, nous pouvons accentuer et diversifier les sensations du toucher (sensation intense ou douce de crans, de ressort, d’élastique, de relief et texture en tout genre…) afin de personnaliser chaque application. Une extension technologie intégrable dans toutes les matières telles que le bois, le verre, le métal ou encore le plastique, repousse ainsi les limites du possible.

D’ici quelques années, l’haptique devrait intégrer tous les objets du quotidien : les véhicules, l’électroménager, les smartphones, les murs, les interrupteurs…visant les marchés de l’automobile, du mobile, du smarthome et smartbuiling, de la santé, de l’industrie…

Il existe une expression en anglais pour dire « restons en contact » : « let’skeep in touch ! » (littéralement continuons à nous toucher !). A nous de joindre le geste à la parole !

Par Cédrick Chappaz, CEO de la start-up HAP2U
https://www.hap2u.net/

A voir

Les logiciels Helpdesk les plus utilisés en France

La relation client est au cœur de toute entreprise souhaitant augmenter ses ventes et son taux de conversion....