Accueil / Actualité / Renault Nissan et la rectitude à la manière japonaise

Renault Nissan et la rectitude à la manière japonaise

L’affaire Carlos Ghosn doit être vue avec le recul qu’imposent les spécificités d’une industrie et d’une culture du bout du monde, et les réalités pas toujours morales d’un quotidien planétaire tel qu’il est.

 DVSM, novembre 2018. Entre Carlos Ghosn et des pointures de l’escroquerie à la Madoff, il y a certainement une distance. Entre l’idée à l’occidentale de la parfaite honnêteté dans les entreprises et celle de régions lointaines également. Sans revenir sur une longue (et palpitante) histoire de l’industrie au Japon, indissociable de celle de ce pays, il convient quand même de préserver, dans les commentaires qui vont inévitablement proliférer suite à « l’affaire », des nuances que bien des particularités régionales révèlent.

 

Bien sûr, il n’est ici absolument pas question de minimiser ou justifier, voire même accepter des actes évidemment répréhensibles au plus haut degré, et à propos desquels les détails ne sont en outre pas encore connus. Le seront-ils un jour…? Rien ne le garantit. Quelques repères permettent toutefois à eux seuls de mesurer cette distance que nous évoquons. Chacun sait qu’au sein des entreprises nippones, dans lesquelles les salariés sont, encore aujourd’hui, certains le plus souvent d’effectuer l’intégralité de leur carrière, les structures hiérarchiques comme les représentations syndicales sont à des années-lumière des pratiques occidentales. Beaucoup de choses relèvent, plus on monte dans la hiérarchie, d’une séculaire conception de l’honneur qui a conduit de nombreux responsables à se faire hara-kiri. Comportement bien loin donc des stratégies de défense, avec procès, appels, cassations, et soucis éventuels d’aménagement de peines pour des coupables condamnés chez nous à des années de réclusion, ou encore à des emprisonnements « confortablement » aménagés pour des fricoteurs financiers sur certains territoires de l’Occident.

 

En outre, s’il est courant au Japon, de remarquer les frontières parfois assez floues entre des avantages attribués à des dirigeants et ceux qu’ils s’attribuent eux-mêmes. Rappelons-nous aussi qu’à travers des affaires encore récentes (Toshiba, Olympus…) des astuces sur présentations de résultats, sans être monnaie courante, ne sont pas non plus totalement rares. En bref, la vie intime de l’industrie japonaise est impérativement à considérer sur une référence pas trop occidentale. D’autant plus que des atomes crochus avec un certain grand banditisme local, historiquement soulignés, ont parfois joué un rôle important dans la création et le parcours de groupes connus. Inversement, le Pays du Soleil levant est aussi celui d’une honnêteté populaire incroyable à nos yeux. Inimaginables, les milliers de produits électroniques, y compris portables, qui restent sagement alignés sur les étalages des points de vente spécialisés, sans équipement de sécurité, et avec pratiquement aucun vol à déplorer. Et si vous vous promenez l’été en voiture, vous pouvez aller déjeuner sur une aire d’autoroute en laissant la clé sur le tableau de bord et même le moteur tourner (ainsi, la clim maintiendra une fraîcheur fort agréable après le repas), sans que ni l’auto ni son contenu ne disparaisse.

 

Vu d’un œil bien de chez nous, ce qui est indispensable compte tenu de la présence de Renault dans l’alliance, la soudaine et mauvaise aventure signée Carlos Ghosn est problématique. Elle suggère une question très incorrecte. Comment choisir entre un responsable efficace mais pas trop à cheval sur les grands principes de l’honnêteté, et un manager nickel mais moins surdoué dans le très complexe exercice de pilotage d’un ensemble industriel de premier plan mondial…? Du reste, l’inquiétude n’est pas formulée à mots couverts. Que peut devenir l’alliance Renault Nissan Mitsubishi sans ce Carlos Ghosn que la morale impose de répudier, mais qui avait su hisser le groupe au plus haut niveau planétaire…?

Source DVSM

A voir

Quelle est la définition du O2O ?

Aujourd'hui les magasins sont en pleine mutations, intelligence artificielle, BigData...