Accueil / Actualité / Les réseaux sociaux fatiguent les Français

Les réseaux sociaux fatiguent les Français

L’institut Viavoice et Usbek&Rica spécialiste de la futurologie ont réuni leurs expertises pour analyser de concert les perceptions des Français sur leur rapport au numérique. Leur enquête traite le sujet sous quatre angles différents qui seront présentés chaque semaine, un par un. Le premier de ces thèmes a comme thème : ‘’Réseaux sociaux, le grand désenchantement ?’’  Selon cette étude 64% des Français estiment que les réseaux sociaux permettent de développer la liberté d’expression. « Un score médiocre, une véritable déception, juge Arnaud Zegierman, directeur associé de Viavoice. « Nous pourrions en théorie être à 100 % ou presque, puisque ces réseaux sont accessibles à tous et permettent à tout le monde de s’exprimer librement dans un pays comme la France ». Moralité 48% des Français estiment que les réseaux sociaux améliorent le niveau d’information des individus.

Les gens doivent comprendre que l’opinion de ses ‘’amis’ ne sont jamais que des opinions, et surement que la même information est relayée à l’infini, parfois jusqu’à la nausée. Mais finalement le pire pour les réseaux sociaux, c’est qu’à peine 23% des personnes interrogées ‘’estiment qu’ils contribuent à renforcer la démocratie.’’ Pour conclure Arnaud Zegierman reconnait que « le mythe des réseaux sociaux avait déjà été cassé par l’utilisation massive d’informations politiques totalement grotesques, non vérifiées, partagées entre amis et connaissances, ce qui amplifie le sentiment de fiabilité de l’information. Cela devient une véritable question pour la gestion des élections démocratiques. Parallèlement au développement du fact-checking des journalistes, qui sont de plus en plus perçus comme des représentants de l’establishment, se développe la diffusion sur les réseaux sociaux de rumeurs diffusées à des fins politiques. Et leur partage délivre l’illusion de leur bien-fondé ! »

re-so-380

 

Enregistrer

A voir

dorcel-1-

Le porno exige des qualifications de premier ordre

Le producteur de films pornographiques Marc Dorcel ouvre son incubateur le Dorcel Lab, dédié aux ‘’ startups osées’’.