Accueil / Actualité / Réseaux sociaux, sont-ils déjà plongés dans une sorte de monde d’après…? On ne rigole plus…!

Réseaux sociaux, sont-ils déjà plongés dans une sorte de monde d’après…? On ne rigole plus…!

Trop de liberté tue la liberté. Les excès de certains intervenants sont en train de pousser les réseaux vers les univers du médiocre et parfois de l’intolérable. Mauvais…

DVSM, 23 février 2021. Socialement, politiquement, sexuellement, les réseaux sociaux dérivent. Au moins dans certaines proportions. Ce n’est pas nouveau, mais certaines limites semblent désormais avoir été franchies. Inutile d’en rappeler la nature. Des fausses informations aux déballages qui perturbent, le glauque finit par prendre bien trop de place pour que les pilotes de ces institutions nées de nulle part (mais nourries aux atouts du numérique) en arrivent à craindre pour leur image. Il est d’ailleurs déjà trop tard, des dégâts sont déjà concrets, et les tentatives d’en limiter l’impact par des interventions sur des contenus, qui ressemblent à de la censure, ne vont rien arranger. Mauvais…? Oui, parce que les produits et services liés à l’utilisation de ces voies de communication sont proches de la saturation. Tout reflux ne peut qu’amplifier le ralentissement des appétits, pour renouveler les équipements comme pour en faire usage. Il reste que le monde est d’une manière irréversible contraint de vivre avec des télécommunications de plus en plus puissantes, rapides et vagabondes. Elles se placent d’elles-mêmes dans une sorte de mondialisation, franchissant les frontières sans retenue possible, percutant de-ci de-là lois, réglementations et bonnes manières.

Excès et lassitudes. Connus depuis longtemps, les comportements pour les utilisations de biens techniques et les usages qui y sont associés passent par l’intensif dans les premiers temps, puis se stabilisent. Il n’est que peu probable de voir les usages numériques connectés échapper à ce schéma. Le « tout beau tout nouveau » n’est jamais éternel. Dans ce sens, les générations successives d’individus (tranches d’âges) n’ont guère d’effet sur cette spécificité. Ce qui, rassurons-nous, n’engendre pas pour autant l’extinction de ces usages. La concomitance entre une saturation quasi acquise des cibles utilisatrices et l’émergence de courants moraux et sociaux (que les réseaux sociaux amplifient en rapidité et périmètre de propagation) sonne la fin d’une époque, celle que peut-être, les observateurs de demain qualifieront de « belle époque du numérique ». Début de la fin, ou fin du début, nous voilà revenus à cette lancinante question, « le présent est-il la fin du passé ou le début du futur« .

Source DVSM

 

A voir

IoT World + MtoM 2021 – une édition sur le thème : Designing a connected world!

Dans une période marquée par la crise sanitaire et un ralentissement économique sans précédent, deux secteurs, l'IoT (Internet of Things) et le MtoM (Machine to Machine), sont en pleine révolution