Accueil / Actualité / Rien crée, Jeff Bezos…? Déverser des insultes à son endroit révèle une hargne bêtifiante.

Rien crée, Jeff Bezos…? Déverser des insultes à son endroit révèle une hargne bêtifiante.

En décollant avec puissance pour son petit saut proche des étoiles, le fondateur d’Amazon a soulevé une bourrasque d’imbécilités qui ne grandissent pas leurs auteurs (ou auteures)*…

 DVSM, 27 juillet 2021. Commentateurs anonymes ou humoristes aigries, quelques âmes réprobatrices ont eu la chance de pouvoir profiter des réseaux sociaux pour propager leurs sentiments haineux à propos d’un créateur qui serait « devenu milliardaire sans n’avoir rien fait« , et autres affirmations qui, avant Facebook ou twitter, auraient dû se contenter de briller parmi les graffitis de latrines et autres supports pour vociférations en perdition. Ces excès trahissent surtout une grave inculture qui émaille aussi, avec moins de venin, de nombreuses critiques à l’encontre de cette entreprise de distribution qui n’a tout de même rien de commun avec certains camps de travail d’un pénible souvenir. Ni même avec les grandes heures du servage ou de l’esclavage, pas plus qu’avec les conditions dans lesquelles étaient plongés travailleurs adultes ou enfants dans l’industrie de l’ère Germinal. Et même, pas davantage avec les usines d’il y a quelques décennies. Certes, les salariés d’Amazon doivent travailler dur. Mais grâce à quels emplois de rêves ceux qui dénoncent ceci sont-ils occupés pour subvenir sans mal, sans « pénibilité » aucune, à leur confortable vie matérielle…?

Jeff Bezos a développé une manière de faire du commerce de détail en exploitant des outils techniques qui n’existaient pas il n’y a que 15 ans. Ces derniers ayant été créés, ils ne pouvaient qu’être mis à profit pour de multiples usages, dont le commerce, au même titre que la médecine, l’information, le divertissement, etc. Jeff Bezos ou pas, ces moyens techniques n’auraient pas échappé à des utilités dont personne ne semble plus vouloir se priver (même s’ils ont quelques défauts). Dans ce sens, cet « inventeur » -au sens littéral du terme- s’inscrit, dans l’histoire de la distribution, dans la lignée de quelques illustres innovateurs (dont pas mal de Français, l’Hexagone ayant longtemps été une terre très créatrice dans ce domaine). Ainsi, Aristide Boucicaut (et son épouse) a concrétisé le « grand magasin », une forme historique de grande distribution, qui a inspiré jusqu’au-delà des océans. Le Bon Marché, aux facettes critiquées par Emile Zola, a pourtant vu Ernest Cognacq et Marie-Louise Jay, construire le succès des magasins de la Samaritaine. Outre Atlantique, et avant Bezos, Richard Warren Sears (sans oublier son associé, Alvah Roebuck) a inscrit son patronyme dans la liste des géniteurs d’enseignes (en la circonstance Sears, et son épopée de la vente à distance, déjà). Plus à l’Est, au delà des Vosges, Karl Albrecht ne mériterait pas d’être oublié, même si son idée, largement partagée depuis, était de faire du discount dans les boutiques « Aldi » (« Al » de « Albrecht », et « di » de « discount »). En France, à nouveau, un certain Fournier et son complice Defforey, en lançant Carrefour, et en même temps (on a déjà entendu cette expression, non…?) le concept de l’hypermarché, ont également cumulé louanges et volées de bois vert. Impossible de citer tous les membres de cette lignée, comparables à d’autres célèbres créateurs, tous domaines confondus. Tous ayant bien « gagné leur vie », et provoqué des adversités nourries surtout par la jalousie. 

Pour Amazon, outre que le big-boss tout jeune retraité se soit fait des réserves en or, il faut aussi souligner, ce qui n’est pas toujours perçu par le large public, que cette voie de distribution permet aussi, dans l’activité dite « place de marché » (market place) à des entreprises moyennes ou petites, d’avoir accès à une vaste étendue de clientèle. Pauvre Bezos (c’est une expression) ! Saura-t-il recevoir avec toute l’indifférence qu’elles mérites, ces admonestations qui appellent surtout des répliques dans l’esprit de « toi qui l’dit, toi qui l’est…!

* Allons au fond des confidences, oui, on pense à quelqu’un…

Source DVSM

 

A voir

Les femmes dans le numérique

À l’heure où le secteur du numérique ne cesse d’évoluer et de s’adapter aux mutations économiques....