Accueil / Actualité / Sale ambiance chez Numericable

Sale ambiance chez Numericable

Visiblement les salariés de SFR digèrent médiocrement la fusion avec Numericable. Si l’on en juge par le climat détestable qui prévaut dans l’entreprise, on se demande où sont passées les promesses rassurantes de Patrick Drahai au moment du rachat de l’opérateur mobile. Le syndicat Force Ouvrière vient de lancer un premier mouvement social au siège de Numericable à Champigny sur Marne. La douzaine de salariés du centre de support technique sont en grève et ne répondent plus aux clients jugés ‘’trop compliqués’’ pour être pris en charge par les centres de l’opérateur basés au Maghreb. L’opérateur a décidé que ces salariés ne travailleraient plus les dimanches et les jours fériés, soit une perte de salaire de l’ordre de 300 euros mensuels soit 15% de la rémunération.

cabivisao

La CGT (qui d’habitude lutte contre le travail le weekend) a décidé de lancer une action plus importante pour contrer les mesures d’économie que devrait annoncer prochainement Numéricable, avec la bascule des centres d’appels basés à la Réunion, vers Madagascar et ses salaires de misère. Ce climat social épouvantable va-t-il entraver la marche en avant de l’opérateur ? Pas certain, si l’on juge les résultats du premier trimestre fiscal. D’un côté la rentabilité progresse fortement avec un EBITDA de 930 millions d’euros en progression de 21%, mais de l’autre, le CA (2,74 milliards d’euros) régresse de 2,74%.

sfr

En d’autres termes, Numericable-SFR a perdu la bagatelle de 400 000 clients à ses services mobiles. Le groupe minimise cette érosion en rappelant qu’il compte 22,5 millions de clients. Le revenu par client (le célèbre ARPU) est également en baisse : 25,5 euros contre 25,9 l’an dernier. Alors comment s’explique la progression des profits ? Déjà par la hausse de 6,7% des abonnés aux services à très haut débit de l’opérateur (1,6 million à plus de 30 mbit/s). Et puis par la pression considérable sur les fournisseurs et les synergies plus ou moins ‘’forcées’’ entre les services du groupe. Le groupe annonce vouloir continuer sa politique d’économie. Son objectif d’économiser 1,1 milliard d’euros par ces synergies d’ici 2017 sera probablement réalisé bien avant. Sauf grève générale.

A voir

texa-1-

Le Texas ouvre ses routes en grand

Un nouvel état américain veut permettre aux constructeurs de tester leurs véhicules sur ses routes.