Accueil / Actualité / Salons: certains font grise mine, pour d’autres, tout baigne…

Salons: certains font grise mine, pour d’autres, tout baigne…

Tous les salons et événements n’en sont pas à tenter le tout pour le tout afin de ne pas disparaître. Les marchés forts tiennent leurs promesses.

DVSM, 30 juillet 2019. Angoissant, le destin de nombreux grands salons dans le monde n’en finit pas de mobiliser les médias et de susciter les commentaires. Et pourtant, tous les organisateurs ne broient pas du noir. Certains se demandent même comment « caser » tout le monde, qu’il s’agisse des exposants ou des visiteurs. Ainsi, le tout proche rendez-vous du jeu vidéo, Gamescom, qui se tient à Cologne (Allemagne) dans quelques semaines (20-24 août) a tout simplement dû accroître sa surface pour loger l’ensemble des exposants. Le jeu connaît un succès qui s’évade largement au-delà des limites que l’on croyait devoir lui attribuer il n’y a encore que quelques années. A Paris, tout semble indiquer que la Paris Games Week devrait s’inscrire dans une tendance comparable.

Une information plus étonnante nous vient de Catalogne, à la manière d’un avertissement inattendu au cœur de l’été. Les organisateur du Mobile-World-Congress préviennent. Il ne reste plus de disponible que 15% des surfaces attribuables aux exposants. Or, la prochaine édition de ce centre névralgique mondial de l’activité des télécoms n’ouvrira ses portes que dans… 7 mois (24-27 février 2020). Il faut remarquer que l’arrivée désormais amorcée de la 5G attise les ambitions. Une phase de croissance est annoncée, et il serait coupable de ne pas en prendre le sillage, se disent industriels, opérateurs, créateurs et gestionnaires de réseaux. Comment, dans de telles circonstances, ne pas regretter vivement que notre capitale n’ait pas réussi à relever le gant de l’organisation d’un tel rendez-vous…! Ce salon, qui se tenait initialement à Cannes, a été perdu au profit de Barcelone  il y a maintenant fort longtemps, Paris n’ayant ensuite pas réussi à se qualifier lorsque la métropole catalane s’était vu remettre en concurrence avec d’autres places fortes européennes. Il est vrai qu’il est plus rigolo de consacrer énergie, galipettes fiscales et palabres pour tenter de taxer les grandes firmes du numérique.

Source DVSM

A voir

Enterprise Cloud Index : 73 % des entreprises rapatrient leurs applications du cloud public vers le cloud privé

L’avenir du cloud hybride s’annonce prometteur....