Accueil / Actualité / Samsung et le smartphone à écran pliant qui pouvait froisser la clientèle…

Samsung et le smartphone à écran pliant qui pouvait froisser la clientèle…

Les mises au point techniques chez l’industriel coréen semblent bien loin du zéro défaut. Comment écorner l’image d’une marque pour un plus-produit dont le potentiel séducteur reste encore à démontrer…

 DVSM, 23 avril 2019. Machine arrière…! Entre un repli prudent et une retraite piteuse, la distance est faible. Les écrans pliants sur les premiers smartphones Galaxy Fold de Samsung lâchés dans la nature semblaient ne pas franchir avec succès l’épreuve d’une l’utilisation quotidienne réelle. La firme décide donc d’en reporter le véritable lancement. Choix qui est plus prudent. Cet épisode est cependant révélateur. Il souligne que Samsung a finalement confondu vitesse et précipitation en négligeant, pour une telle innovation, l’incontournable nécessité d’un test réellement grandeur nature, impitoyable, dont le résultat n’aurait sans doute pas fait un pli.

Malheureusement, voilà un incident qui, en effet, en rappelle d’autres, des mauvaises pioches techniques et… marketing du même constructeur. Incident de parcours qui incite à s’interroger sur le sérieux des équipes, à l’évidence impatientes, sous la probable et puissante pression des dirigeants, d’introduire au plus vite des nouveautés ressemblant à des innovations, mettant en lumière une peur, pour ne pas dire « trouille » que la marque soit débordée par la concurrence. Il y a bien longtemps, dans le segment des téléphones mobiles, Samsung s’était imposé sur un terrain où la technologie était encore relativement peu complexe. En franchissant la marche du smartphone, son souci de surtout prendre la roue du leader (en la circonstance d’Apple après Nokia) est alors apparu au grand jour. Jusqu’au lancement avorté d’une première tablette présentée en grande pompe sur la colline de Montjuic (Barcelone) lors d’un MWC encore dans les mémoires. Pour sa part, la famille Galaxy avait aussi connu, plus récemment, le discrédit lié à un souci de mise au point justifiant le rétro-pédalage.

Dégâts à tous les étages…! Dans ses avancées à la fois technologiques et un peu Don Quichotte, l’industriel qui lance plus vite que son ombre fait d’emblée prendre des risques aux consommateurs, parmi lesquels ceux qui entrent dans la famille des défricheurs, acheteurs de la première minute, et ont depuis longtemps intégré dans leur subconscient une part de prudence et de fatalité. Et après tout, mieux vaut peut-être paraître avec le dernier équipement à la mode, même en panne, que doté d’une machine qui tourne comme une horloge, mais moins tendance. La classe a ses règles…

Toutefois, les circuits de distribution, opérateurs de téléphonie inclus*, sont  eux aussi exposés à des risques et des déboires économiques. Risques si, alors que surviennent des incidents, ils se retrouvent face à une clientèle susceptible de leur reprocher tout ce qui peut venir perturber la prise en charge du pépin. Déboires également économiques car il ne faut pas oublier que la distribution investit aussi dans les lancements. Dans un domaine qui est moins éloigné du smartphone qu’on pourrait l’imaginer (point commun, les écrans) Samsung a clairement été le grand promoteur de la TV 3D. Les réseaux ont été sollicités, engagements signés à la clé, comme chacun s’en souvient, pour des mises en rayons, des actions de communication et des dispositifs marketing et merchandising… Bref, une attaque commerciale volontaire en règle. Nous savons tous que ce qu’il est advenu de ce projet de 3D mal arrimé sur le plan de la séduction des utilisateurs**, ainsi que, ne l’oublions pas trop vite, quelques imperfections techniques***. Et qui peut, parmi les gestionnaires du terrain, chiffrer l’impact des quelques saisons de pression pour tenter de faire éclore un modèle dont on a très vite senti qu’il « n’accrochait pas »…?

Il n’en reste pas moins qu’en étant innovante, toute industrie doit aussi prendre des risques. Son Histoire, tous domaines confondus, est jalonnée d’avions qui se sont écrasés, de paquebots qui ont coulé, de navettes spatiales non revenues sur terre, d’automobiles trop complexes à réparer pour des concessionnaires pas assez informés, et même de quelques iPhone ayant pris feu dans la poche de leur utilisateurs… On ne fait pas d’omelette…

* Opérateurs qui sont aussi des distributeurs, les appareils proposés aux consommateurs  dans les forfaits n’étant ni des cadeaux, ni même des cessions à prix coûtant.
** Quelques marques ont un peu suivi Samsung dans son offensive sur la 3D. Comme Panasonic, l’une des plus actives sur le sujet, mais alors déjà en délicatesse sur un marché du téléviseur et cherchant un relais dans ce détail.
*** Notamment les passages de séquences à séquences, pénibles pour la vue, et des inconvénients ayant abouti à l’interdiction de la 3D pour les enfants jusqu’à l’âge de 7 ans…

Source DVSM

A voir

Énergies: moins ils consomment, plus les clients payent…! Mauvais…!

Le très célèbre taux d'inflation n'a jamais été si bas.