Accueil / IT Business / Economie - Stratégie / Sans la Bourse, Dell retrouve le sourire

Sans la Bourse, Dell retrouve le sourire

A l’occasion de la Dell World, Michael Dell a expliqué que la sortie de son groupe de Wall Street il y a un an expliquait en grande partie la croissance actuelle de son entreprise. L’opération avait pourtant couté la bagatelle de 25 milliards de dollars au P-dg du constructeur assisté par le fonds d’investissement Silver Lake.  Mais depuis que de satisfaction !

« Pas de scission ou de ventes d’activité… contrairement à d’autres, a martelé Michael Dell en référence à Hewlett Packard et IBM. Ils éclatent leurs activités, se séparent des pans entiers de leur business. Et il faut se poser la question : pour qui sont décidées ces opérations ? Aident-elles les clients ? Aident-elles ces entreprises à créer le prochain produit innovant ? » Il est clair que les récentes cessions d’activité par IBM comme les serveurs x86 ou le split annoncé chez HP en deux entités ont essentiellement pour objet de conforter la valeur de l’action.

Aujourd’hui, Michael Dell explique à qui veut l’entendre que le constructeur n’est plus rivé obsessionnellement sur les échéances à très court terme : « Nous sommes aujourd’hui l’entreprise IT intégrée qui croit le plus vite dans le monde, et nous sommes en croissance d’une année sur l’autre dans toutes les régions du monde. »

Ainsi, Dell a constaté une augmentation de ses ventes de PC (là où se font les affaires, selon Michael Dell) de 9,7% au troisième trimestre 2014. Moins bien que Lenovo, mais mieux qu’HP et compagnie. Selon les analystes d’IDC, Dell serait devenu le premier fournisseur de systèmes de stockage dans le monde sur les six premiers mois de l’année, avec une croissance de 14% quand d’autres accusent de fortes contractions de leur CA.

A voir

u-b

Uber enquille les problèmes

Le roi du VTC aura vécu une semaine éprouvante...