Accueil / Actualité / SFR retrouve enfin le sourire

SFR retrouve enfin le sourire

Le renversement de tendance du quatrième trimestre 2017 s’est confirmé au premier trimestre de l’année.

La reprise en main de SFR par son patron Patrick Drahi, la cession de plusieurs actifs pour réduire l’endettement du groupe et l’attention enfin portée à la clientèle portent leurs fruits. Selon le communiqué de presse du groupe les trois premiers mois de 2018 sont ‘’le meilleur trimestre de SFR depuis son rachat par Altice ». La fibre optique a permis de conquérir 96000 nouveaux clients et surtout SFR a séduit 239000 abonnés à ses offres de téléphonie mobile. Moralité l’opérateur prend la première place des recrutements fixes et mobiles sur la période.

Mais à quel prix ? L’opérateur est résolument engagé dans une guerre des prix torrides notamment face à Free. Moralité son CA consolidé en France a carrément reculé sur la période à 2,59 milliards d’euros, contre 2,61 milliards il y a un an. Le sacro-saint ARPU, le revenu par tête d’abonné est passé en un an de 35,9 euros à 34,7 euros. Toutefois, l’Ebitda progresse en passant de 908 à 915 millions d’euros.

 « Sur le premier trimestre, Altice commence à voir les résultats de son plan de redressement stratégique, avec les meilleurs résultats jamais réalisés en termes d’abonnements. Notre stratégie porte ses fruits » a déclaré Patrick Drahi. Si Altice a misé très lourd sur la convergence des contenus et des réseaux, avec l’achat exclusifs de droits sportifs à des tarifs ahurissants, l’opérateur a dû à rabattre et changer son fusil d’épaule.

SFR cherche des clients pour diffuser les matchs de la Ligue des Champions, de la NBA ou de la Premier League anglaise acquis à prix d’or. Le client n’est plus (trop) considéré comme une volaille à plumer. SFR s’engage à ne plus facturer d’office le foot et autres sports qui n’intéressent que les amateurs prêts à payer un supplément. Idem pour les chaines dédiées au cinéma et SFR Presse.

Pour faire court, le service de base d’un côté, les options de l’autre avec le but de générer un milliard de CA supplémentaire contre 500 millions aujourd’hui. Car même si la situation s’améliore, l’endettement du groupe reste critique.

 

A voir

N’existerait-il pas une certaine France de la flemme…?

D'éminents responsables politiques osent dire des choses qui fâchent...