Accueil / Actualité / Smartphones, grimace collective pour le second semestre 2020, sauf pour… Apple !

Smartphones, grimace collective pour le second semestre 2020, sauf pour… Apple !

Il n’y a pas lieu de s’étonner des résultats très fortement négatifs des ventes mondiales de smartphones au cours de Q2-2020. Mais lieu d’en analyser le panorama, plus que jamais…

DVSM, 31 août 2020. Sur un seul trimestre, la chute est vertigineuse. Le marché a perdu plus de 75 millions d’unités par rapport à 2019, même trimestre. De près de 370,294 millions écoulés au niveau planétaire, il s’échoue à 294,670 millions, un repli de plus de 20%, indique la société d’analyse Gartner. Rien d’étonnant compte tenu de l’impact de la pandémie, qui n’est pourtant peut-être pas le seul élément perturbateur. Ainsi, les replis sont égrenés dans un rituel sans pitié : Samsung, -27,1%. Huawei, -6,8%. Xiaomi, -21,5%. Oppo, -15,9%. Et l’immense camp des « autres » déprime à -28,8%. Seul, Apple échappe à la correction collective, n’essuyant que 0,4% de chute, autant dire une presque stabilité, propre à déclencher autant de jalousies que d’interrogations. Un véritable cas d’école avec cette exception confirmant la règle.

Naturellement, il faut tenir compte des différences d’ordre géographique, nombreuses, comme chacun le sait. Il reste que suite aux analyses ayant déjà été publiées par d’autres observateurs, le créneau du mobile intelligent est aussi confronté aux conséquences d’une saturation largement partagée, et peut-être d’un assèchement des appétits pour un renouvellement n’apportant pas beaucoup de spécificités d’utilisation. Il faut aussi appréhender l’éventuel effet d’attente des consommateurs dans des zones où la 5G a commencé à être mise en oeuvre, mais nécessitant des appareils encore trop onéreux pour le grand public. De quoi ralentir les achats d’appareils 4G, potentiellement obsolètes. Il reste que la discrimination entre les effets de la situation sanitaire mondiale et les réelles fluctuations entre générations resteront floues, d’autant que Cupertino, pour sa part, semble ne pas subir de plein fouet les effets terribles qui affectent l’ensemble de l’industrie.

Source DVSM

A voir

6 mois après le début du Covid, des intervenants TV restent dans l’ombre

Faut-il voir dans ce symptôme inconfortable la révélation d'une absence désespérante de culture de l'image...?