Accueil / Actualité / Softbank maintient ses projets avec Uber

Softbank maintient ses projets avec Uber

Le Japonais veut toujours investir la bagatelle de dix milliards de dollars dans le géant du VTC.

La capitalisation d’Uber atteint aujourd’hui 70 milliards de dollars, alors qu’elle n’a toujours pas craché un cent de profit. Softbank vise la possession de 15% du capital. L’investissement est accompagné d’un ‘’contrat pacifique’’ qui autorisera notamment les employés d’Uber à vendre la moitié de leurs stock options.  Selon l’agence Bloomberg, les deux actionnaires majeurs de l’entreprise, le fondateur Travis Kalanick et les financiers de Benchmark ont réussi à enterrer leurs différents avec une modification de la gouvernance de l’entreprise.

Malgré les griefs qui lui sont faits, Kalanick restera au conseil d’administration d’Uber. Le conseil d’administration sera élargi et les droits de vote rendus égaux. Benchmark a promis de stopper les poursuites judiciaires contre Trevor Kalanick. Avec la garantie de pouvoir vendre une partie de leurs actions, les actionnaires sont rassurés au moins en partie sur leurs investissements.  Bloomberg se demande d’ailleurs si Kalanick et Benchmark vendront une partie de leurs actions. Vu la capitalisation actuelle de l’entreprise, ces braves gens seraient à l’abri du besoin jusqu’à la septième génération.

La capitalisation d’Uber atteint aujourd’hui 70 milliards de dollars, alors qu’elle n’a toujours pas craché un cent de profit. Softbank vise la possession de 15% du capital. L’investissement est accompagné d’un ‘’contrat pacifique’’ qui autorisera notamment les employés d’Uber à vendre la moitié de leurs stock options.  Selon l’agence Bloomberg, les deux actionnaires majeurs de l’entreprise, le fondateur Travis Kalanick et les financiers de Benchmark ont réussi à enterrer leurs différents avec une modification de la gouvernance de l’entreprise. Malgré les griefs qui lui sont faits, Kalanick restera au conseil d’administration d’Uber.

Le conseil d’administration sera élargi et les droits de vote rendus égaux. Benchmark a promis de stopper les poursuites judiciaires contre Trevor Kalanick. Avec la garantie de pouvoir vendre une partie de leurs actions, les actionnaires sont rassurés au moins en partie sur leurs investissements.  Bloomberg se demande d’ailleurs si Kalanick et Benchmark vendront une partie de leurs actions. Vu la capitalisation actuelle de l’entreprise, ces braves gens seraient à l’abri du besoin jusqu’à la septième génération.

 

softban-6-

 

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.