Accueil / Actualité / Soleil, quand l’astre et ses rayons n’illuminent pas d’autres rayons…

Soleil, quand l’astre et ses rayons n’illuminent pas d’autres rayons…

Voilà qui ne va pas faire plaisir aux obsédés des énergies supposées renouvelables.

Pour le soleil, après l’heure, ce n’est plus qu’un leurre.

 DVSM, décembre 2018 – Comme cela se murmure sur un ton populaire, il ne faut pas tomber dans le panneau…! Le soleil nous envoie des rayons. Personne ne peut le contester. Et selon les estimations des spécialistes, il nous expédie, en moyenne, l’équivalent de 1 Kilowatt par mètre carré, pour l’ensemble de la surface du globe. A première vue, c’est plutôt pas mal. Hélas, c’est une moyenne, et chacun sait qu’entre le nord du Groenland et le cœur du désert du Nevada, on est proche des deux extrémités de la fourchette qui englobe cette moyenne. Et entre le jour et la nuit aussi. De plus, les panneaux ne restituent pas toute l’énergie qu’ils reçoivent, leur rendement n’étant pas de 100%, loin de là*.

Il est aux alentours de 17h00, en cette mi-décembre. Dans le très grand (l’un des plus grands de l’Hexagone) magasins Ikea, situé près de l’aéroport de Roissy, un panneau (informatif) renseigne les clients de ce que les panneaux (solaires) envoient au magasin, dont la toiture a été équipée. Hélas, en cette période, la nuit est tombée. Hélas seulement pour les panneaux, car cette douce nuit (un peu ventée) plonge l’établissement (beau, et fort bien tenu) dans une ambiance qui convient idéalement à une période de fêtes de fin d’année « en approche », comme disent les CDB** qui sont en « courte » (approche) sur la 08 droite (piste) de l’aéroport tout proche. Sapins, guirlandes, scintillements et évocations de cadeaux ne font qu’enrichir cette sensation fort agréable.

Côté soleil, le tableau est plus sombre. Car en instantané, l’énergie électrique collectée est pile poil… à zéro, net, sans virgule, sans décimale. Pas d’étonnement s’il vous plaît, puisque, comme le chantait un rockeur récemment disparu, noir c’est noir. Mais il y a un détail plus significatif à relever sur les afficheurs. Pour la journée, et alors que le soleil a, timidement sans doute, exercé depuis le matin sa mission d’éclairage, les panneaux n’ont récupéré en tout que 31,06 kilowattheures (kWh pour les intimes). Toujours préoccupés par ce que peuvent cacher certains chiffres, nous n’avons pas pu nous empêcher de rapprocher le score de cette collecte du jour via les 26.500 m2 du bâtiment (pas intégralement couverts en photovoltaïque, certes) de ce que cela représenterait pour un logement individuel. La superficie du bâtiment est équivalente à celle de 530 pavillons de 50 m2 en moyenne, chacun d’eux aurait donc récolté 0,6 kWh***. A ce rythme, l’utilisateur d’une Tesla qui veut partir en week-end pour la Pentecôte aurait déjà dû commencer à recharger ses batteries.

Il reste un menu détail à relever à propos des explications couchées sur le panneau informatif visible dans le magasin (et sur la photo ci-dessous). Il indique la présence de 440 panneaux (sans en préciser la surface) et une collecte de 114 kWh. Mais en combien de temps…? Tous ceux qui reçoivent des factures d’électricité savent qu’ils ont consommé un certain nombre de ces kWh pendant la période de leur abonnement. L’indication ne veut donc rien dire, tout comme celle d’une consommation de 6 litres de carburant pour une voiture qui ne préciserait pas qu’il s’agit d’un volume nécessaire pour parcourir 100 km. L’allusion aux « 20 foyers français moyens » est une affirmation pour le moins évasive****.

La réalité, qui n’a rien de cruel, est quand même bien là. Avec en prolongement les limites du stockage. Voilà pourquoi, au prix de quelques nervosités internationales et de toujours possibles protestations de braves gens de jaune vêtus, le pétrole et ses cours fluctuant n’ont pas fini de moduler le pouvoir d’achat. CQFD…

* Le rendement des panneaux photovoltaïque se rapproche à très petite vitesse de 25%, la majorité tant plus proches de 20%.
** CDB, Commandant de Bord.
*** Petit rappel : un kilowattheure, ou kWh est la consommation de 1000 watts pendant une heure. Un radiateur d’appoint de 2000 watts qui fonctionne 3 heures, consomme 6 kWh.
**** Selon nos estimations, les panneaux du toit d’Ikea sont probablement des modèles ayant une puissance de sortie d’environ 260 W. Ce qui correspond à une caractéristique courante dans ce domaine, avec une puissance (probable) proche de 300 Wc, ou « Watts-crête, exprimant la puissance recueillie sous un ensoleillement maximum, et avec une orientation parfaite, ce qui suppose une éventuelle orientation permanente de chaque panneau. A l’heure actuelle, les meilleurs panneaux ne dépassent pas cette valeur.

A voir

Enceintes connectées, vrai succès ou optimisme un peu forcé sur le sujet…?

On ne parle que d'elles (ou d'eux, si qualifiés d'assistants vocaux...) et pourtant, leur taux de possession restait assez modeste, à la veille de l'été....