Accueil / Actualité / Sony, le numérique qui danse avec la musique, question d’équilibre…

Sony, le numérique qui danse avec la musique, question d’équilibre…

La firme japonaise n’oublie pas le principe du tabouret, trois points pour assurer sa stabilité.

DVSM, mai 2018. Sony vient de s’octroyer le contrôle d’EMI, le plus puissant pôle musical de la planète. Le moins que l’on puisse en dire est que c’est une bonne pioche. Certes, il a fallu faire un chèque assez conséquent, de 2,3 milliards de billets verts, celui qui monte, monte, monte, petit investissement néanmoins essentiel qui fait de la firme un cas unique, dans le meilleur des sens, au niveau mondial.

Sony est en effet le seul acteur industriel à avoir réussi dans le domaine des contenus à poser son assise sur les trois principaux domaines en la matière, le cinéma (Sony Pictures), le jeu vidéo (dont plus personne ne conteste l’importance) et désormais la musique, qui certes n’était pas absente de ses actifs, mais se muscle d’une manière considérable grâce à l’opération évoquée. Au-delà du tabouret, qui a besoin de trois pieds pour ne jamais être bancal, chacun se souvient que, géométrie dans l’espace, par trois points ne peut passer qu’un seul plan. Il en va de même pour un plan stratégique d’entreprise.

Source DVSM

A voir

Centre-ville, qui peut redynamiser le commerce des avenues…?

La réponse est simple, c'est le commerce lui-même qui peut réagir, à condition de ne pas trop attendre.