Accueil / Actualité / Start-up où faut-il s’installer ?

Start-up où faut-il s’installer ?

Si l’on croit le dernier rapport de l’Agence du Numérique, la France compte aujourd’hui 10 000 start-up.

Les deux-tiers sont implantées hors d’Ile de France. L’Agence constate que les jeunes pousses tricolores apprécient les agglomérations qui justifient du label « Métropole French Tech » grâce à la mise en place d’un écosystème favorable. Cinq métropoles se distinguent en particulier :

  • Lille.
    La capitale du Nord profite de sa situation géographique. Elle accueille depuis 2009 les nouvelles entreprises dans son site d’EuraTech, le plus important incubateur de France après la Station F à Paris.
  • Lyon
    Lyon est une ville universitaire de premier plan avec un réseau d’écoles et d’universités de niveau international. Les entreprises peuvent profiter d’incubateurs importants et d’espaces de co-working .
  • Nantes
    En pleine expansion, Nantes justifie d’arguments rares pour attirer les entrepreneurs. La ville est magnifique, à deux pas de l’Océan et l’immobilier reste raisonnable. Les start-up peuvent profiter d’incubateurs, d’accélérateurs et d’espaces de travail dédiés. N’oublions pas non plus que la Bretagne est une grande région pour les télécommunications.
  • Toulouse
    La capitale française de l’aéronautique Toulouse fédère plusieurs start-up de ce secteur. Toulouse
    compte deux grands incubateurs, Le Camping et le Connected Camp, qui favorisent les nouvelles entreprises spécialisées dans les objets connectés
  • Bordeaux
    La ville d’Alain Jupée fait les yeux doux aux jeunes pousses.  Bordeaux dispose plusieurs pépinières d’entreprises, d’espaces de co-working ainsi qu’un solide tissu universitaire et scientifique. Ajoutons aussi le climat, la gastronomie, et une région magnifique.
  • stp-1-

 

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.