Accueil / Actualité / StoneDrill est pire qu’Attila

StoneDrill est pire qu’Attila

Si plus rien ne poussait après le passage du roi des Huns, Stone Drill efface les fichiers et les données sans rien laisser. L’équipe GReAT (Global Research & Analysis) de Kaspersky Lab a découvert un nouveau malware, nommé StoneDrill capable de détruire‘’toutes les données présentes sur un ordinateur infecté.’’ StoneDrill se protège lui-même contre les protections avec des solutions antidétection et d’espionnage. StoneDrill se concentre pour l’instant essentiellement sur les ordinateurs du Moyen-Orient, mais les chercheurs redoutent son expansion en Europe. Ils affirment que ce StoneDrill est le successeur du malware Shamoon qui avait paralysé les 35 000 ordinateurs de la compagnie pétrolière Aramco en Arabie Saoudite.

StoneDrill s’implante dans la mémoire du navigateur préféré de l’utilisateur (Chrome, Explorer…) avec deux techniques anti-émulation visant à leurrer les solutions de sécurité présentes sur l’ordinateur. Il peut alors entamer sa sinistre besogne : détruire les fichiers contenus sur le disque dur. De plus, via une ‘’porte dérobée’’ les hackers qui ont développé cette vérole peuvent espionner les ordinateurs infectés. « Des éléments nous permettent de dire que Shamoon contient des ressources linguistiques en arabe yéménite et StoneDrill principalement en persan.

Des géo politologues seraient sans doute prompts à souligner que l’Iran comme le Yémen sont deux acteurs du conflit par procuration irano-saoudien et que l’Arabie saoudite est le pays où se trouvent la plupart des victimes de ces opérations. Mais, bien entendu, nous n’écartons pas la possibilité que ces éléments soient des fausses pistes », commente Mohamad Amin Hasbini, chercheur senior en sécurité au sein de l’équipe GReAT. Heureusement, Kaspersky Lab affirme que ses solutions peuvent ‘’détecter et bloquer avec succès’’ ces malwares.

 

ka

 

Enregistrer

Enregistrer

A voir

The Capitol dome is seen at rear as Chinese and U.S. flags are displayed in Washington, Tuesday, Jan. 18, 2011, ahead of the arrival of China's President Hu Jintao for a state visit hosted by President Barack Obama. (AP Photo/Charles Dharapak)

Trump s’en prend au protectionnisme chinois

Toutes les initiatives du président américain ne sont pas à blâmer.