Accueil / Actualité / Les technologues parisiens sont littéralement exploités

Les technologues parisiens sont littéralement exploités

Selon Hired, cabinet spécialisé dans le recrutement les professionnels des technologies les français sont des sous-prolétaires si on les compare à leurs collègues américains et britanniques. En moyenne, un français ramasse 56 K€ par an contre 135 K$ pour un américain. Même en tenant compte des taux de change et du cout de la vie explosif dans certaines métropoles américaines comme San Francisco, il vaut mieux traverser l’Atlantique !

Hired attribue en partie ce différentiel à l’intégration de profils plus junior dans ses bases de données, qui a entrainé une baisse de 3,9% (!) du revenu annuel. Egalement, Hired constate qu’à l’intérieur des Etats-Unis les différences salariales sont sensibles : 108 K$ à Chicago contre 142 K$ à San Francisco par exemple, considérée comme ‘’la capitale technologiquedu monde.’’Le cabinet souligne que la glorieuse époque où les ingénieurs acceptaient des salaires bas contre des stock-options est quai révolue : moins de 20% des experts ont accepté de recevoir des parts et un salaire inférieur.

Pas question de sacrifier un bon revenu contre des promesses d’avenir aléatoires. Outre-Manche,malgré des activités accrues du secteur de la technologie, les salaires des techs au Royaume-Uni sont à la traîne et sont devenus moins compétitifs à l’échelle mondiale.À Londres, leur salaire moyen a carrément chuté de 17% depuis 2015 à 78 K€ par an !

A noter qu’Hired a établi un autre indice qui intègre le coût de la vie : le salaire moyen par rapport au coût de la vie à San Francisco (142 K€). Moralité un professionnel engrange 202 K$ à Austin, 182 K$ à Seattle et à Los Angeles, 173 K$ à Chicago, 100 K$ à Londres et 85 K€ à Paris. Conclusion de Hired :  le paysage technologique change et, bien que la Silicon Valley continue de montrer la voie, d’autres villes proposent des arguments très sérieux.

Enfin, Hired a calculé le salaire moyen par secteur d’activité. Surprise le secteur des transports est celui qui rémunère le mieux ses informaticiens, mieux que les entreprises de technologie elles-mêmes.

tab3-

tab3-1

tab-4-

tab5

tab7

 

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.