Accueil / Actualité / Télécoms et IT, les dommages du coronavirus déjà évalués pour 2020 au niveau mondial.

Télécoms et IT, les dommages du coronavirus déjà évalués pour 2020 au niveau mondial.

Comme il fallait s’y attendre, les répercussions sur les ventes mondiales d’équipements numériques IT et TC, les « devices », devraient être sévères, mais pas du domaine de l’effondrement.

DVSM, 27 mai 2020. Il n’est pas très commode d’établir des prévisions fiables sur des évolutions de marchés dans les conditions particulières de l’année en cours. Des orientations se dégagent malgré tout, et si les chiffres « osés » par Gartner – probablement plus à prendre comme des indicateurs que comme des données quasi garanties – sont clairement orientés vers la décroissance, celle-ci pourrait s’avérer finalement plutôt contenue. Les mesures de confinement et de précautions ont en effet consolidé les besoins en équipements tant pour les entreprises et le travail à distance que pour le grand public. Pas question ici d’effondrements comme il s’en observe notamment dans l’automobile, l’aérien ou encore l’hôtellerie-restauration. Dans l’ensemble, le secteur devrait, sur l’année entière, limiter « la casse » à un repli de l’ordre de 13,6%. Et encore, faut-il tenir compte dans ces perspectives des replis qui, comme pour les smartphones, étaient déjà en tendance négative.

Prévisions de ventes en volumes . (Millions d’unités) –Source : Gartner-

Une déception probable est toutefois mise en lumière par la société d’études, concernant les smartphones dédiés à la 5G. Ils auraient permis à ce créneau de jouer un rôle de relais de croissance, venant à point sur un marché qui désormais s’essouffle pour cause de saturation. La crise du coronavirus (et quelques escarmouches à connotation politique en filigrane) se traduit par du retard dans la mise en oeuvre des infrastructures de réseaux. Ces produits, qui non seulement auraient pu soutenir les volumes, mais surtout les recettes, puisqu’ils auraient pris place en haut de la hiérarchie des offres, ne devrait pas dépasser 11% de PDM en quantités.

Source DVSM

A voir

Sennheiser, d’un côté, la joie d’un beau parcours, de l’autre, la suite amère d’une crise cruelle…

La pandémie qui tarde à s'éclipser provoque des contrastes désagréables, comme celui que vit cette firme en phase heureuse....