Accueil / Actualité / Tera veut purifier l’air ambiant

Tera veut purifier l’air ambiant

Tera, leader français de la mesure et du suivi de la qualité de l’air accompagne le CHU de Nice dans un projet collaboratif baptisé MUSE pour Monitoring Urbain Santé Environnement. Il s’agit de mettre en place un monitoring urbain de la qualité de l’air afin d’élaborer et valider un modèle d’aide à la décision pour les collectivités. L’outil commence à être déployé à Nice choisie comme ville pilote du programme.  « Les actions du projet MUSE porteront sur le recueil et l’exploitation de données sur la qualité de l’air, collectées via différents capteurs et systèmes d’information. L’intérêt du projet est de pouvoir récolter des données sanitaires grâce à nos patients (c’est-à-dire des signaux faibles, telles que des gênes ressenties ou des crises).

La première phase de lancement se déroulera dans le Quartier des Moulins, à Nice, qui dispose déjà d’un réseau étendu de capteurs mis en place dans le cadre d’un projet d’investissement précédent » explique le Dr. Rémy Collomp, pilote du projet et responsable du Laboratoire de Soins Pharmaceutiques et de Santé Publique (L2SP), Pôle Pharmacie Stérilisation du CHU de Nice. Le projet repose sur un réseau de capteurs, développés par le groupe Tera. Les données collectées pourront aider les collectivités à apporter des informations et conseils sanitaires pertinents et adaptés aux profils de populations les plus vulnérables. Tera a également développé l’application Breathe Up, une plate-forme d’échange d’information.

 

ter-a-19

 

 

Enregistrer

Enregistrer

A voir

bori-2-

Elon Musk s’intéresse au métropolitain

Le patron de Tesla n’a pas fini de vouloir révolutionner les transports...