Accueil / Actualité / Toshiba la belle a désigné l’élu de son cœur

Toshiba la belle a désigné l’élu de son cœur

Finalement, c’est le plus offrant qui a remporté la décision.

En mettant 22 milliards de dollars sur la table, le consortium conduit par les financiers de Bain a séduit le conseil d’administration du constructeur japonais. L’offre de Bain est largement supérieure à celles proposées par Foxxconn (20 milliards) et Western Digital (18,5 milliards). Le fisc japonais va pouvoir les aides étatiques versées par l’Etat pour éviter au groupe de mettre la clé sous la porte. Le groupe va renflouer sa trésorerie.  Il pourra ainsi clore ses activités déficitaires comme la construction de chaudières nucléaires ou renflouer ses divisions informatiques pénalisées par une politique erratique et des sous-investissement chroniques.

Le consortium conduit par Bain regroupe de grandes marques de l’informatique comme Dell et Apple, ainsi que le groupe coréen SK Hynix et les entreprises japonaises Hoya et … Toshiba qui réinjecte trois milliards de dollars dans son ex filiale.  Selon les analystes financiers qui ont suivi l’affaire, l’arrivée d’Apple dans le consortium conduit par Bain s’est révélé décisif dans la décision.  La Pomme a pu distraire entre trois et sept milliards de dollars de sa prodigieuse trésorerie pour participer au consortium et devenir acteur sur le marché des composants au même titre que Samsung et maintenant Huawei.

L’accord entre Toshiba et Bain & co semble en bonne forme, mais il faudra encore qu’il reçoive l’accord du gouvernement japonais, et surtout qu’il ne soit pas annulé par une décision de justice prise à la demande de Western Digital, partenaire de très longue date du groupe japonais et qui affirme jouir d’un droit prioritaire de reprise. Par ailleurs, malgré cette accord, Toshiba affirme encore pouvoir négocier avec d’autres prétendants.

 

T

 

Enregistrer

A voir

keyboa-380

Le marché des PC prend une nouvelle claque

Le pire est que les opérations de promotion habituelles à cette époque de l’année, comme la rentrée des classes n’ont eu aucune influence sur le commerce.