Accueil / Actualité / Transformation numérique : les erreurs à ne pas commettre

Transformation numérique : les erreurs à ne pas commettre

Au moment d’entamer leur transformation numérique, les entreprises doivent définir leurs attentes et la valeur qu’elles souhaitent tirer de cette évolution. Pourtant, bon nombre d’entre elles sont loin d’atteindre les résultats escomptés. L’une des clés de la réussite repose sur la collaboration avec un partenaire spécialisé dans la gestion du cycle de vie.

Un marché en constante évolution

Le climat d’affaires actuel est dynamique et marqué par des innovations permanentes. Les industriels sont sans cesse mis au défi d’enregistrer une croissance productive et rentable dans un environnement sûr et sécurisé, mais où tout évolue rapidement. Les changements peuvent porter sur la dynamique du marché, les préférences des consommateurs, les progrès technologiques ou les modifications apportées en interne par les entreprises pour parvenir à l’excellence.

Face à cette mutation rapide et aux enjeux liés aux ressources humaines, les entreprises sont bien souvent amenées à investir dans des services et des partenariats susceptibles de les aider à atteindre les résultats métier attendus. Elles savent en outre que les connaissances et les perspectives fondées sur les données constituent un facteur de différenciation. Sur le long terme, le succès d’une entreprise dépend de sa capacité à accéder aux informations nécessaires pour prendre des décisions judicieuses et agir rapidement.

Aujourd’hui, la plupart des sociétés investissent dans la transformation numérique et ont atteint différents stades dans leur parcours : certaines viennent à peine d’entamer leur périple et sont enthousiasmées par les perspectives et les avantages qui en découleront ; d’autres, en revanche, connaissent des fortunes diverses en matière de réussite, de frustration, de valeur et de résultats.

Toutefois, le fait est que la plupart des entreprises ne parviennent pas à atteindre les objectifs qu’elles s’étaient fixés. Elles font du sur-place, peinant à trouver les informations qui leur permettraient de comprendre ce qui ne fonctionne pas, et s’interrogeant quant à la manière de générer de la valeur.

Ce ne sont pas des cas isolés. En effet, certaines études montrent que 70 % des projets de transformation numérique se soldent par un échec, généralement pour les raisons suivantes :

  • une stratégie inadaptée ou mal définie ;
  • une feuille de route qui ne génère pas de valeur au début du processus ;
  • des parties prenantes qui poursuivent des objectifs incompatibles ;
  • l’absence d’éléments fondamentaux qui limite la disponibilité des données et des informations nécessaires au succès de l’initiative.

De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi un processus de transformation numérique peine parfois à générer de la valeur.

Cet article passe en revue certains des éléments critiques qui font communément défaut à divers processus de transformation numérique, mais aussi, les facteurs clés de la réussite, indépendamment de l’étape où les entreprises se situent dans leur démarche.

Des îlots d’informations

Toutes les entreprises ne disposent pas de l’infrastructure ou des équipements nécessaires pour permettre l’accès aux données.

Une approche analytique offrant une vision pertinente des opérations est uniquement possible lorsque les données peuvent être consultées, analysées, partagées entre les systèmes et exploitées avec efficacité pour générer une valeur positive nette pour l’entreprise. Malheureusement, de nombreuses entreprises fonctionnent encore avec des îlots disparates de données de production critiques.

C’est le cas lorsque les environnements de données ne sont pas intégrés au système de production de l’entreprise. Pour relier ces systèmes, il convient de définir une feuille de route adaptée à la création d’une infrastructure permettant de partager les données en toute sécurité.

Dans le cadre de ce processus, il importe d’examiner et d’évaluer les systèmes et équipements existants afin d’identifier les risques ou les besoins en matière d’intégration. Voici quelques questions qu’il convient de se poser :

  • quel est le niveau d’obsolescence de nos systèmes et équipements ?
  • quelles données de performance critiques pouvons-nous extraire de nos équipements ?
  • est-ce que notre infrastructure actuelle est capable d’obtenir les données dont nous avons besoin pour prendre des décisions qui dégageront de la valeur pour l’entreprise ?

Une infrastructure fiable et des collaborateurs correctement formés peuvent améliorer la collecte des données. Toutefois, il est nécessaire de garder à l’esprit que les données fournissent parfois un aperçu partiel des activités, et non une vision holistique de bout en bout.

Pénurie de personnel et de compétences

De nombreuses entreprises sont actuellement confrontées à une pénurie de compétences. Il est non seulement difficile de trouver des experts dans les technologies émergentes, mais également de les fidéliser sur un marché où la concurrence est très vive.

Pourtant, alors que cette situation risque de rendre la transformation numérique plus compliquée, les mêmes données et outils pourraient considérablement accélérer le processus de transformation et contribuer à combler le déficit de compétences.

Afin d’atténuer l’impact de la pénurie de compétences sur les projets numériques, il est recommandé d’instaurer une gouvernance et des processus normalisés pour déployer les solutions de transformation numérique à l’échelle de l’entreprise. Dans un contexte marqué par un turnover significatif, un processus simple et reproductible permettra à n’importe quel employé d’intégrer le processus de transformation numérique à n’importe quel stade en étant immédiatement opérationnel.

Il est possible que l’entreprise soit amenée à revoir son approche lorsqu’il s’agira de pourvoir les postes créés par vos projets numériques. Au lieu de chercher le profil adapté au poste, il est nécessaire de commencer par élaborer un plan concernant le vivier de talents à disposition.

Les données au service de la productivité

Si une infrastructure solide et un personnel correctement formé peuvent sans nul doute améliorer la collecte de données, il reste encore du chemin à parcourir. Les données disponibles fournissent parfois un aperçu partiel des activités, et non une vision holistique de bout en bout.

Une transformation numérique réussie implique l’évaluation et la gestion de deux aspects :

  • consommation des données – déterminez en premier lieu les besoins de votre entreprise en matière de consommation des données afin de mener une action positive nette dans l’environnement de production. Grâce à la création de personas spécifiques, une entreprise peut s’assurer que les bonnes personnes disposent des bonnes données au bon moment et au bon endroit pour un meilleur rendement de la production. Ces personas peuvent provenir d’horizons variés, des opérateurs sur les lignes de production aux cadres supérieurs.
  • continuum de données – examinez ensuite le continuum de données de l’entreprise. La plupart des entreprises manufacturières affichent un certain degré de réactivité aux données. Le premier objectif doit être de déterminer dans quelle mesure une entreprise peut réagir plus rapidement lorsqu’elle dispose de données pertinentes, ce qui nécessitera peut-être de réduire la fenêtre de réaction de 12 à 2 heures ou de 15 minutes à 30 secondes, mais au bout du compte, cela crée de la valeur pour les opérations. Une véritable transformation numérique permet de procéder à des analyses et de lancer des actions prédictives et proactives grâce auxquelles les problèmes d’efficacité seront résolus avant d’occasionner des pertes en raison d’une optimisation insuffisante des machines ou de la main-d’œuvre, mais aussi des rebuts, des reprises et autres impacts négatifs sur le prix de vente des marchandises.

Sur la voie de l’optimisation

Compte tenu de la nature dynamique et changeante de l’environnement actuel, il convient d’intégrer de multiples facteurs à la démarche de transformation numérique. Les entreprises manufacturières doivent rechercher un partenaire qui saura les conseiller dans leur processus numérique en vue d’accéder plus rapidement aux connaissances et aux renseignements dont elles ont besoin, parmi lesquels :

  • la transformation doit s’appuyer sur un socle adapté, et notamment une solide infrastructure réseau et des actifs intelligents ;
  • cette démarche nécessite également des connaissances et des compétences pour soutenir l’activité de l’entreprise, mais également pour la positionner et l’aider à anticiper l’avenir ;
  • elle exige enfin de bien comprendre les données requises pour atteindre les objectifs fixés et d’être capable de mettre en relation les données d’un bout à l’autre du processus afin d’éclairer les décisions et d’accroître la valeur générée aujourd’hui et demain.

Un partenariat axé sur la collaboration pour amorcer le processus

La transformation numérique crée des opportunités commerciales exaltantes qui peuvent aider une entreprise à se différencier sur son marché. Mais ce processus est bien souvent complexe et fastidieux et il peut être utile de faire appel à un partenaire pour aligner les parties prenantes et fixer des objectifs clairs pour la transformation. Il s’agira notamment d’identifier un produit minimum viable afin d’atteindre un équilibre optimum entre valeur et impact commercial.

Outre l’établissement du périmètre du projet, puis sa mise en œuvre pour accélérer la démonstration de valeur, il s’agit de relever les défis d’aujourd’hui tout en positionnant votre entreprise pour l’avenir.

Par:

Sandy Edwards – Responsable de la transformation des services de cycle de vie monde

Joe Hager – Responsable des services de transformation

Ron Sklamm – Consultant en stratégie Connected Enterprise

 

A voir

Cybermenaces : L’importance de les anticiper comme sur une course automobile.

Les expériences numériques sont tout ce qui compte dans l'économie numérique mondiale.