Accueil / Actualité / Travail et repos, la nouvelle année généreuse ou pas en moments calmes ou actifs…?

Travail et repos, la nouvelle année généreuse ou pas en moments calmes ou actifs…?

Le calendrier 2020 se décortique selon les attentes de Docteur Bosseur et de Mister Farniente… Ponts et petits congés arrangent les uns, mais angoissent les autres.

 DVSM, 2 janvier 2020. Est-ce bien le moment d’évoquer ce sujet, alors que dans le commerce, les semaines traversées restent hautement périlleuses…? Oublions ces détails, car comme de coutume, nombreux sont ceux qui déjà s’interrogent à propos de ces jours fériés positionnés dans le calendrier de telle façon qu’ils donneront ou non l’occasion de bâtir des ponts ressemblant à de petites vacances. Belles opportunités qu’en revanche, redoutent de nombreux gestionnaires. Car ces moments de repos pour les uns sont pour d’autres des jours redoutables où pas un centime ne tombe dans le tiroir-caisse, alors que rien n’arrête l’inexorable cascade des charges et autres frais, salaires inclus, à payer quoi qu’il arrive. Au fil du temps, se dessinent des années plus ou moins fastes, selon le camp dans lequel chacun se trouve placé. Avec des nuances qui n’ont rien de détails négligeables. Ainsi, des périodes de « repos » dans des lieux où le commerce reste ouvert sont des moments fastes, non seulement pour les gestionnaires, mais aussi pour les forces de vente bénéficiant de gueltes et autres commissions. C’est l’inverse là où se pratique la non-ouverture dominicale et la fermeture à tout va. Le mois de mai est dans ce sens le plus apprécié ou redouté.

En 2020, ce joli mois enchaîne deux fois trois jours qu’aimera Mister Farniente, pour le 1er et le 8, suivis du traditionnel jeudi de l’ascension (le 21), toujours susceptible de prendre sous sa coupe le vendredi pour bâtir un pont déjà bien charpenté. En 2020, mai en fait beaucoup, en étalant sa tendance repos jusqu’au 1er juin, ce fameux lundi de Pentecôte, dont on ne sait plus très bien s’il est repos, ou boulot. Et après un relativement long moment laborieux, la fête nationale va redonner du sens au mot vacances. Tombant un mââârdi, elle organise un bloc de 4 jours oscillant entre pont presque viaduc et amorce de vacances.

Revanche de Docteur Bosseur, le 15 août s’affiche sans ménagement un samedi. Il se contente de consolider psychologiquement ce qui ne sera qu’un week-end, avec déjà quelques regards courroucés en direction de ceux qui ne seront pas sur le pont dès le lundi 17. Par certains hasards du calendrier, le mois d’août peut devenir un mois dur. Il n’y a pas meilleure mise en jambe pour aller jusqu’à un morne 1er novembre, installé sans rire sur un… dimanche.  Reste le 11, en plein milieu de semaine (un mercredi, peu commode pour des ponts pour ceux qui sont attachés à leur tâche). Mais avec en consolation une fin d’année festive correcte, Noël et Nouvel An se succédant deux fois sur le vendredi, soit deux fois trois jours de récré. Plus sympas, ces trois jours, pour les adeptes de la sieste que pour les angoissés du CA, qui préfèrent un trio avec week-end suivi du jour férié le lundi. Mais n’oublions pas le point le plus spécifique de cette année, le 29ème jour de février, un samedi, donc un jour fort (de plus) pour le commerce, voilà qui tombe à pic.

Source DVSM

A voir

Smartphones, l’âge de la retraite est repoussé pour le mobile de loin le plus répandu.

La prolongation de la durée de vie moyenne des mobiles intelligents peut paraître limitée, voire presque négligeable....