Accueil / Actualité / TV, face aux meilleures séries, la cuisine à l’écran fait recette, le public dévore…!

TV, face aux meilleures séries, la cuisine à l’écran fait recette, le public dévore…!

C’est l’heure de la soupe à l’union entre cordons bleus et cordon USB. La mayonnaise de la TV culinaire a pris…!

DVSM, 6 janvier 2020. La tendance n’est pas nouvelle, mais elle ne cesse de se consolider. Des plats en équilibre aux sauvetages de gargotes douteuses en plein naufrage, en passant par les concours de chefs, les championnats de pâtissiers et les dîners pas toujours parfaits, l’alimentaire nourrit abondamment les grilles de programmes. Certes, cette vogue est loin de constituer une passerelle vers la high-tech. C’est même presque le contraire. La cuisine est avant tout une activité exigeant méthode, sensibilité, savoir-faire. Une sorte de métier de geste, comme les travaux les plus nobles du bois, des métaux, des minéraux… Du choix des produits à la cuisson et au dressage, l’expérience est le principal ingrédient, indissociable d’un soupçon de talent. Il en est comme pour le solfège.

Sans une aptitude exceptionnelle pouvant conduire à la virtuosité, la simple mais stricte observation des règles suffit à frôler la perfection. Ainsi, ne nous y trompons pas, la technique tourne autour du pot (au feu…). Les virtuoses du fourneau, commis d’office ou juges incorruptibles, ne cessent de souligner que la précision dans les poids, les températures, les temps de cuisson doivent obéir à des critères rigoureux. Nous ne sommes donc pas si loin de volets dans lesquels une bonne techno peut se révéler très utile.

 Un axe porteur pour le « e-cooking »…? Peut-être? Naturellement, le Net est déjà très imprégné de tutos et de recettes. Plus un seul quidam ne peut se laisser aller à l’ignorance quand il s’agit de préparer quelque mets que ce soit. Et, au cours de l’année qui vient de s’achever, l’un des événements ayant attiré l’attention fut le coût bas d’un leader du commerce low-cost sur un produit largement inspiré d’un équipement revendiquant la condition de robot magique… Et sans oublier l’argument du connecté. Et quand le moment du dressage arrive, la capture en photo numérique de la réalisation, pour souvenir et partage, est incontournable.

Source DVSM

A voir

Jeux vidéo, des retards de sorties coupables. L’industrie manque-elle de rigueur…?

Certains éditeurs de jeux vidéo semblent faire bien peu de cas des contraintes des circuits de distribution. Des titres annoncés pour le printemps attendront l’automne. Sympa, non…?