Accueil / Actualité / Un certain temps, Windows et un brin de flou dans les durée de vie…

Un certain temps, Windows et un brin de flou dans les durée de vie…

Au fil des années, certaines obsolescences en arrivent à flirter avec les réglementations protégeant les consommateurs. Un différend pourrait-il surgir…?

DVSM, janvier 2019. Dans un an, Windows-7 ne fera plus partie des OS pour lesquels des mises à jour de sécurité seront fournies par Microsoft. C’est ce que Redmond a clairement dévoilé il y a quelques jours. Certes, cela n’empêchera pas les ordinateurs qui en sont dotés de fonctionner* sans souci. Néanmoins, les inévitables failles de sécurité qui se révèlent progressivement à l’usage des softs d’exploitation imposent développement et diffusion de mises à jour. S’en passer fait apparaître le risque, pour des millions de machines, de se retrouver potentiellement à la merci d’incidents plus ou moins graves, sans remède. C’est la rançon d’un monde connecté, et il n’est pas question ici de déplorer les conséquences d’évolutions techniques qui sont tout au contraire les bienvenues. Cependant, cette évolution met en relief un point juridiquement très « chatouilleux ».

Depuis quelques années, la réglementation a en effet évolué. Elle impose désormais aux vendeurs d’équipements techniques une parfaite transparence sur ce qui peut arriver, en cas de pépin. En particulier, il est demandé aux industriels et à la distribution de mentionner clairement jusqu’à quelle échéance seront disponibles les composants nécessaires pour d’éventuelles réparations. Dans le cas d’un ordinateur, ou de tout autre équipement informatique ou numérique, le fonctionnement est totalement lié à ce système d’exploitation. Mais qui songe à demander, dans un rayon ou un point de vente, à propos d’un beau notebook, jusqu’à quand sera supporté intégralement le Windows-10 qui l’anime…? Passons sur le classique ping-pong entre fabricant et éditeur, les « ça dépend de l’un, ça dépend de l’autre…« .

L’ordinateur n’est-il pas tenu de se plier aux mêmes impératifs que les plaques de cuisson ou les réfrigérateurs…? Un engagement clair à propos de sa durée de vie, y compris logicielle, est un élément sur lequel il est souhaitable d’obtenir des informations. D’autant plus que d’une imprécision, voire d’un flou absolu, naît une différence de traitement entre clients (aux termes de la loi et notamment du Code de Commerce, le mot juste est « discrimination ») selon que ceux-ci achètent un PC** au début de la période de mise en œuvre d’un OS et ont une espérance d’exploitation sereine supérieure ou qu’ils acquièrent un équipement plus tardivement, comme par exemple deux ou trois ans avant le changement de ce soft, et alors que son successeur n’est pas encore annoncé. Il faudrait songer à prendre les dispositions avant que ce souci n’apparaisse sous forme de conflit ouvert avec un, puis des utilisateurs n’appréciant pas cette obsolescence discrètement concoctée. Et que des médias consuméristes ne s’emparent du sujet… Même si cela doit avoir pour conséquence la fin de confidentialité sur leurs projets que certains grands groupes affectionnent particulièrement.

* Tout comme, aujourd’hui encore, des XP tournent à la satisfaction de leurs utilisateurs.
** Il en va de même pour des smartphones, des tablettes, etc…

Source DVSM

 

A voir

La formule séduisante de Fujifilm, « fromage et dessert » …!

Voici une nouvelle version de l'appareil photo compact qui ne fait pas que du tirage papier instantané…