Accueil / Actualité / Un départ qui nous rappelle des moments forts

Un départ qui nous rappelle des moments forts

Le dernier patron de Saturn sur notre territoire vogue vers de nouvelles aventures professionnelles. Deux décennies pour rien reviennent dans les mémoires.

 DVSM, novembre 2018 – Wolfgang Kirsch, qui avait dirigé Saturn en France, a quitté ce groupe d’outre-Rhin.  Il avait ces dernières années été promu à la direction des activités de l’ensemble de Media Saturn en Allemagne. Il y aura passé dans cette entreprise hors normes plus de 25 ans de sa vie professionnelle. Depuis l’éviction de Pieter Haas et le détachement de ce mastodonte de la distribution par Metro, lequel l’a transféré dans la holding Ceconomy, c’est le nouveau PDG, Ferran Reverter, qui assure désormais la direction de l’ensemble.

Souvenirs… Le géant d’outre-Rhin avait dès le début des années 90 tenté de démultiplier son réseau dans l’Hexagone, amorçant son implantation par l’ouverture très bruyante d’un premier HyperMédia, dans la banlieue de Strasbourg. Décrit comme un « superstore » (un peu excessif, pour une surface ne dépassant pas celle d’une belle GSS), l’implantation était dirigée par un ex-Darty qui avouait vouloir « faire la peau à son ex-employeur »,  un absolu non-concept commercial qui démontre que l’intelligence n’a pas toujours été le moteur de cette activité. Les ouvertures de magasins se sont succédées au fil des ans, mais à la fin du siècle, et constatant un succès finalement absent au rendez-vous, changement de cap.

A Lyon, s’ouvre un nouvel établissement au nom de Saturn, ou plutôt « Planète Saturn » (pour des raisons de marques déposées…) Le virage est clair, ce n’est plus HyperMédia (version française de MediaMarkt) mais la déclinaison de Saturn, l’autre enseigne allemande du groupe, qui va devenir l’axe de développement. Lors de l’ouverture du magasin de Rennes, la « planète » est enfin laissée de côté, le nom de Saturn « tout court » étant devenu juridiquement possible. Suivront des inaugurations totalement spectaculaires, à Ivry (est parisien), Aulnay-sous-Bois (93, CC O’Parinor), Domus (93, Rosny-sous-Bois) jusqu’au point de vente de Créteil (94) inauguré la veille du jour ou Saturn change de propriétaire, suite à la reprise par Boulanger.

Les inaugurations de magasins Saturn, comme celle de O’Parinor, furent toujours très animées et… vendeuses !

Ce qui a empêché la société allemande de se développer en France réside pour une bonne part dans ce résumé aussi synthétique que clairvoyant que Wolfgang Kirsch, dans une interview à DVSM, avait prononcé, « finis les emplacements à la c.. ». Le summum de ces implantations mal choisies fut sans doute atteint à Domus, le moins réussi des centres commerciaux de l’Est parisien (et peut-être même au-delà), le seul où il les parkings sont longtemps restés presque vides mêmes aux heures chaudes précédant Noël. Les plus de 10.000 mètres carrés abandonnés par le BHV, étaient peut-être surdimensionnés pour Saturn, surtout à cet endroit, inaccessible dès que le trafic client s’intensifie, entre autre mille et un (voire plus) autres défauts. Sorti sur cet échec, le groupe allemand est depuis quelque peu revenu sur le sol français, en devenant le premier actionnaire (non majoritaire) de FNAC-Darty. Si aucune malédiction ne s’en mêle, les turbulences qui ont récemment agité Ceconomy lui éviteront peut-être de rechuter face à notre territoire.

Source DVSM

A voir

L’Europe sans frontières a désormais le vent des datas en poupe

Les mesquineries juteuses de la téléphonie voyageuse ont pris fin. Et les effets positifs sont sans appel...