Accueil / Actualité / Un nouveau frisson avec la Deutsche Bank…!

Un nouveau frisson avec la Deutsche Bank…!

Certaines structures élémentaires et fondamentales de l’économie sont prises dans un tourbillon qui pourrait devenir ouragan.

– DVSM, 9 juillet 2019. Lourde onde de choc outre-Rhin. La célèbre banque allemande a annoncé un plan de restructuration de calibre majeur. Ce qui retient le plus l’attention dans cette épreuve tient naturellement aux colossales suppressions de postes, qui devraient toucher pas moins de 18.000 salariés. Le coût de l’opération a, comme on l’imagine, entraîné une dégringolade sévère du cours en bourse de l’établissement. Mais au-delà de ce qui n’est pas une simple péripétie, il est impossible de ne pas replacer cet événement dans un contexte aux courants multiples.

De toutes parts en Europe, des banques sont confrontées aux conséquences de la numérisation, qui fait que les clients se contentent désormais de relations en ligne. Leurs agences ferment, des milliers d’entre elles ont déjà été rayées des actifs, et beaucoup d’autres suivront ce chemin. Les banques en ligne prennent progressivement le relais pour la clientèle particulière. Même si certaines de ces nouvelles venues sont détenues par des pôles bancaires classiques, le mouvement s’avère d’ampleur, ce qui n’empêche pas d’autres acteurs nouveaux de s’inviter à leur tour au banquet, (Apple, Orange, pour ne citer que deux exemples) et d’introduire des méthodes totalement innovantes. Et voilà que surgit en toile de fond la perspective des monnaies virtuelles qui, même si elles soulèvent encore des doutes à de nombreux points de vue, ne vont pas manquer d’apporter leur dose de profond changement d’ère. En outre, l’entreprise (et essentiellement la PME) évite de plus en plus la banque, fatiguée d’y être prise pour une vache à lait, tout en craignant sa réaction plutôt que comptant sur son soutien si le business connaît soudain des fluctuations. Quant aux créateurs d’entreprises, lanceurs de startups et autres, ils savent depuis longtemps que ce ne sont pas les établissements bancaires qui vont structurer leurs capitaux de lancement.

Plus spécifiquement, cette mauvaise passe pour le géant allemand se situe de surcroît dans un contexte économique local où les nuages s’amoncellent. L’industrie teutonne rencontre des vents contraires, ce qui risque d’avoir des répercussions non seulement outre-Rhin, mais aussi sur tout le Vieux Continent. Et n’évoquons même pas « la » dette, à propos de laquelle les économistes les plus expérimentés émettent des avis ayant pour particularité d’exposer tout et son contraire. On ne respire plus…!

Source DVSM

A voir

Enceintes connectées, vrai succès ou optimisme un peu forcé sur le sujet…?

On ne parle que d'elles (ou d'eux, si qualifiés d'assistants vocaux...) et pourtant, leur taux de possession restait assez modeste, à la veille de l'été....