Accueil / Actualité / USA – La cyberguerre des taxis est déclaré

USA – La cyberguerre des taxis est déclaré

Comment concurrencer Uber sans trop se fatiguer ? Et bien en aspirant ce qui fait son patrimoine : ses fichiers de chauffeurs et de clients. C’est ce qu’Uber reproche pas tout à fait officiellement mais presque à ses concurrents de Lyft après une enquête conduite après une attaque informatique massive en mai 2014. Lyft dément formellement et tout à fait officiellement. Pour l’instant ni la police, ni la justice américaine n’ont confirmé les soupçons d’Uber. Par contre selon le Wall Street Journal, les enquêteurs engagés par Uber après le piratage auraient trouvé une piste du côté de Lyft. Le directeur technique de Lyft serait dans la ligne de mire. Une adresse IP lui appartenant aurait servi à recevoir les fameux fichiers. Ce que Lyft s’est empressé de démentir par un communiqué publié par l’agence Reuters: « Nous avons déjà enquêté sur cette possibilité il y a longtemps et il n’y a aucune preuve ou indice laissant penser qu’un employé de Lyft, ou notre CTO, soient liés au piratage des données qu’a connu Uber en mai 2014. »

ny-t
En attendant de régler ce léger contentieux judiciaire, Uber affronte la grogne de ses … propres chauffeurs. Dans plusieurs pays dont les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, les chauffeurs se plaignent de leurs conditions salariales. En France, les chauffeurs ont en travers une baisse de tarif de 20% décidée unilatéralement par la direction d’Uber. Et même si l’entreprise a assuré que les revenus des chauffeurs ne baisseraient pas, certains ont décidé de créer un syndicat pour faire valoir leurs intérêts. En menaçant tout simplement de déserter Uber pour créer leur propre application. A suivre ….

A voir

Autonomy_350

Les transports modernes reviennent bientôt

Le succès de la première édition incite les organisateurs à remettre le couvert.