Accueil / Actualité / Les vautours rodent autour d’Altice

Les vautours rodent autour d’Altice

Une action divisée par plus de deux depuis l’été.

Deux millions de clients en moins depuis la reprise de SFR par Numéricâble et pendant ce temps les confrères qui se goinfrent en se demandant comment ils vont se partager la dépouille … Orange, Bouygues Telecom et Free ont tous gagné de nouveaux clients au cours du trimestre écoulé. Bouygues par exemple donné pour mort en 2016 rigole avec 13,6 millions d’abonnés, dont 3,4 dans le fixe, un secteur où l’opérateur rame depuis longtemps. L’entreprise annonce à la fois un retour aux profits et une amélioration de ses marges qui passent à 27% contre 25% attendus. Bouygues Telecom se paie même le luxe de porter en grande partie la croissance de tout le groupe.

Free compte aujourd’hui 13,39 millions de clients mobiles avec un gain de 205 000 nouveaux contributeurs au cours du trimestre.  Le groupe de Xavier Niel est d’autant plus satisfait qu’il compte désormais plus de clients à 20 euros qu’à deux euros. Les fonds dégagés serviront à élargir et améliorer le réseau 4G de l’opérateur. L’opérateur affirme aussi que son offre TV by Canal à deux euros par mois, et avec possibilité de rétractation a séduit beaucoup de monde. Comme quoi, le contenu sert aussi à faire vendre.

Free ne cache pas ses ambitions : enfoncer SFR et lui prendre le plus de clients possibles. Free ne compte plus qu’un million de clients de moins que le deuxième opérateur du pays. Encore quelques promotions avec son partenaire Vente Privée.com, quelques jolis coups comme TV by Canal et l’affaire sera dans le sac. Les termes semblent un peu violents, mais tout le monde connait la détestation que se vouent Xavier Niel et Patrick Drahi, le patron de SFR.

De son côté Orange est reparti à la hausse : plus 320 000 clients sur le dernier trimestre. Fabienne Dulac, la patronne d’Orange France pouvait avoir le sourire en présentant les résultats de la filiale : il s’agit de la première fois depuis l’arrivée de Free voici six ans que l’opérateur historique gagne des clients. Sur le dos de qui ? En partie bien entendu de SFR. L’action a encore perdu 12% vendredi 17 novembre et ne cote plus que 8,09 euros.

Les assurances données par Patrick Drahi sur l’arrêt de sa course aux investissements et à l’endettement (50 milliards d’euros) n’ont pas endigué la dégringolade. Depuis juin, l’action a chuté de 65%. La sanction n’est pas loin. Le tycoon des télécommunications devra probablement céder quelques-unes des pépites de son groupe pour renflouer les caisses. Il faut craindre aussi un plan social très brutal. Certaines activités comme les journaux papier ne sont pas rentables et peuvent craindre également le pire.

 

_-SFR--307

A voir

kiwa-6-

Kiwatch veut banaliser la vidéosurveillance

Cette levée de fonds de trois millions d’euros effectuée auprès d’Entrepreneur Venture...