Accueil / Actualité / Villes intelligentes, l’Asie serait déjà en passe de prendre un avantage décisif.

Villes intelligentes, l’Asie serait déjà en passe de prendre un avantage décisif.

Voilà un aspect inattendu de l’épidémie virale subie par la planète. Alors que l’occident ploie sous les contraintes du confinement, loin à l’Est, l’offensive d’après crise est déjà dans les starting blocks.

 DVSM, 24 mars 2020. Il suffit de rapprocher quelques faits saillants de l’actualité pour voir se dessiner une nouvelle étape qui, en toute logique, ne pouvait qu’être attendue. Une certitude : les pays qui sortiront les premiers de la pathologie contagieuse auront un avantage économique sur les autres. D’un côté, suite à des mesures à la fois pertinentes et d’ampleur, des territoires comme la Chine ou la Corée du sud semblent bel et bien vivre déjà le début de l’après-crise. Un constat qu’il faut mettre en parallèle avec le point publié par IDC, par lequel il apparaît que plus du tiers des investissements consacrés à la ville intelligente, ou « smart city », le sera par les pays asiatiques. L’analyste précise que sur une période allant jusqu’en 2023, ces investissements vont progresser pour atteindre pas moins de 65 milliards de dollars.

Cette forte poussée répond au besoins du secteur Asie-Pacifique, où déjà plus de 50% des populations résident dans des zones urbaines. Cette proportion devrait même passer le cap des 60% dans moins de 10 ans. Si des fonctions très importantes comme la circulation, les fournitures d’eau et d’électricité ou la sécurité des individus et des biens entrent pour une part importante dans ces projets, la mésaventure du virus matricule 19 (son année de naissance) souligne soudain qu’il est également particulièrement important de concevoir des urbanismes très interactifs, souples à piloter, et en mesure de mettre en oeuvre des stratégies sanitaires et de santé lorsque le besoin s’en fait sentir.

Source DVSM

A voir

Crises majeures, faudrait-il inventer un statut d’hibernation pour les entreprises…?

Comme dans un jeu vidéo, ne pourrait-on imaginer une manière juridiquement encadrée d'appuyer sur "pause" quand tout ou presque doit s'arrêter...?