Accueil / Actualité / La voiture autonome a un grand avenir

La voiture autonome a un grand avenir

Les études se succèdent et se contredisent.

Il y a peu, IT Numeric relayait une étude affirmant que les deux-tiers des Français n’étaient pas prêts à confier le volant à un robot. Aujourd’hui, nous diffusons une information absolument contraire. Plusieurs métropoles* ont réuni 350 personnes pour débattre des futurs objets de mobilité et de l’arrivée des véhicules sans conducteur (VSC).La journée s’est déroulée en cinq cycles de discussion, d’une heure environ, par groupes de 6 à 7 personnes.

Parmi les problématiques abordées : l’accès à la mobilité pour tous, l’attachement à la voiture individuelle, les formes des villes et des campagnes de demain, la congestion et la pollution, l’arrivée des premiers taxis volants autonomes, etc. Premiers résultats : des citoyens ouverts aux améliorations dont les véhicules autonomes pourraient être porteurs. La majorité des participants sont prêts à sortir du modèle du véhicule individuel, pour des raisons environnementales (43%) et/ou s’ils y trouvent des avantages (42%).  41% affirment être prêts « à renoncer à conduire » et seulement 2% refusent fermement d’utiliser un VSC dans un proche futur.

L’usage par les particuliers de ces VSC par les particuliers est perçue comme « souhaitable et probable » par 63% des participants et « souhaitable et peu probable » par 10%. Et même ‘’une nette majorité de participants’’sont prêts à se déplacer dans un proche futur dans un véhicule aérien sans pilote.Ce débat citoyen va être porté à l’échelle européenne afin de s’appuyer à nouveau sur les contributions de milliers de citoyens.

*Les organisateurs du débat sont : les communautés urbaines de La Rochelle, de Sophia Antipolis, Grand Paris Seine & Oise, Rennes Métropole, Toulouse Métropole et Sicoval et des entreprises    Airbus, Allianz France, Keolis, Vinci et la SNCF. Le débat a été conduit par Missions Publiques.

 

AUTO-1-380

 

 

A voir

Ecrans et redevance, au top des explications oiseuses…

L'application du prélèvement pour l'audiovisuel public préfigure une pure et simple fiscalisation de ce prélèvement. Arpagon, Macron, même combat...?