Accueil / Actualité / Voter « on line »: la démocratie peut-elle devenir interactive sans créer de scandale…?

Voter « on line »: la démocratie peut-elle devenir interactive sans créer de scandale…?

Inattendue, la rencontre entre le numérique et les élections fait une entrée discrète par une petite porte dérobée de la vie parlementaire. Cap vers un futur inéluctable…?

DVSM, 17 février 2021. Des petits papiers d’abord jetés dans une boîte et que l’on compte à la main, des petits bâtons s’alignant sous le stylo d’un scrutateur… voilà l’ordinaire de toute soirée électorale. Est-ce bien moderne ? Tous ceux qui s’indignent du côté moyenâgeux d’un confinement s’émeuvent-ils de ce caractère tout aussi archaïque des moments les plus forts de la vie citoyenne…? Au risque de déplaire, osons applaudir à la pirouette utilisée hier au Palais Bourbon pour faire entrer via le concept du vote anticipé un petit point de départ vers un possible vote numérisé. Interactif, pas encore, mais ça viendra. L’option envisagée pour les présidentielles* nécessite un terminal numérique, l’amorce d’un début de commencement.

L’épidémie actuellement vécue attire l’attention sur les aspects purement matériels, certes non négligeables, comme les conditions sanitaires mises à mal dans la convergence des citoyens vers les bureaux de vote, les files d’attente et autres contacts pathogènes. Des paramètres qui peuvent servir d’alibi à une consultation numérisée. Mais le vote en ligne, finalité logique, pourrait surtout faire évoluer son caractère démocratique en en facilitant de multiples aspects, pratiques bien sûr, mais pas seulement. Notamment en permettant la visibilité des suffrages s’exprimant en temps réel, évitant par exemple des surprises liées à des résultats faussement acquis par avance, démobilisant des inscrits prématurément. Aussi en introduisant une durée ouverte au vote élargie, une semaine entière, par exemple, permettant une meilleure prise en compte des emplois du temps. Un vote également accessible partout, de son domicile, mais aussi en déplacement, professionnel ou vacances, de Juan-les-Pins, Pornic, Ibiza ou Bora-Bora. Vaste sujet, qui n’a pas fini de faire couler de l’encre. Bon, allons-y une marche à la fois, chaque jour suffit son progrès. (Terme qui sera sans doute contesté…)

* Pourquoi les présidentielles…? Parce que c’est le plus simple des scrutin, les autres consultations ayant des ancrages locaux et des mécanismes beaucoup plus compliqués pour une mise en « solfège » numérique.

Source DVSM

A voir

Smartphones, départ significatif des ventes en Europe pour les modèles compatibles 5G…

Alors que le nouveau standard continue de provoquer quelques réactions hostiles chez certains observateurs craintifs......