Accueil / Actualité / Sans WiFi, l’angoisse monte

Sans WiFi, l’angoisse monte

 Il faut croire qu’il y a pire qu’un junkie accroc à l’héro : le cadre sans WiFi.

Si l’on en croit une étude commanditée par iPass, les deux tiers des professionnels mobiles ‘’ressentent de l’anxiété lorsqu’ils n’ont pas accès au Wi-Fi et 7 % d’entre eux admettent consulter leur smartphone pendant leurs rapports sexuels.’’

Bref, loin d’Internet la pression monte !   La preuve 72% des 1700 personnes questionnées scrutent leur smartphone en allant aux toilettes et même 11% au cours d’un enterrement. Blasphème ! Et pour démontrer qu’un cadre est plus obsédé par l’Internet qu’Harvey Weinstein par les femmes, 61 % des professionnels mobiles affirment qu’il leur est « impossible » ou « très compliqué » de renoncer au WiFi, plus encore qu’au sexe (58 %), qu’à la junk food (42 %), à la cigarette (41 %), à l’alcool (33 %) ou à la drogue (31 %).

N’oublions pas que ces joies terrestres sont parfaitement compatibles. Le pire sans doute est que 23% des personnes interrogées placent le WiFi au premier rang de leurs priorités quotidiennes !  Les utilisateurs sondés se connectent en moyenne à huit points d’accès WiFi publics par semaine. Un sur cinq se connecte à 20 points d’accès Wi-Fi sans fil ou plus par semaine. Les cadres sélectionnent d’abord un hôtel en fonction du WiFi.

Selon Patricia Hume, directrice commerciale d’iPass « si des doutes subsistaient encore, notre rapport prouve que les bonnes manières appartiennent au passé lorsqu’il s’agit de consulter son smartphone. La technologie, et plus particulièrement les smartphones, est devenue partie intégrante de nos vies, à tel point qu’aucune situation ne semble plus échapper à l’utilisation du téléphone. Tout cela en veillant bien à se connecter au Wi-Fi au préalable. »

A voir

Quand des drones volent plus bas que les pâquerettes…

Il y a drone et drone. Problème de vocabulaire...