Accueil / Actualité / Amazon s’impose sur la culture streaming

Amazon s’impose sur la culture streaming

Selon IT Numeric le concept de ‘’culture streaming’’ recouvre la vision de vidéos ou l’écoute de musique en ligne.

Deux domaines sur lesquels Amazon poussent ses pions autant que possible. Selon un document interne révélé par l’agence Reuters, cinq millions de Terriens profitent du service Prime TV. Pas terrible. Sauf que le document révèle surtout qu’aux Etats-Unis,l’audience de tous les services vidéo d’Amazon sont appréciés de 26 millions de consommateurs. Il s’agit de la toute première fois que ces chiffres sont divulgués. Ils révèlent l’évolution de ce secteur d’activité de 2014 à 2017. Amazon a d’ailleurs refusé de les commenter.  La seule chose qui compte aux yeux de Jeff Bezos et de ses équipes consiste à fidéliser à outrance les consommateurs.

Un client Prime bouffera du film et de la musique avant de bouffer d’autres biens plus rémunérateurs. Vous ne me croyez pas ? « Quand nous gagnons un Golden Globe pour l’un de nos programmes télévisuels, nous vendons plus de chaussures » a de manière cynique expliqué Bezos au cours d’une conférence en 2016. Et d’ajouter que les clients ‘’culture streaming’’ renouvellent leurs abonnements Prime davantage que les autres. Sans parler des nouveaux clients. Le programme ‘’The Man in the High Castle’’ a été vu par huit millions de personnes aux Etats-Unis.

Il avait couté 72 millions de dollars mais permis d’attirer 1,15 million de nouveaux abonnés dans le monde. Soit 63 dollars par nouvelle tête, alors qu’un abonnement Prime est vendu 100 dollars par an aux USA. Et puis l’affaire rapporte ! Cinq milliards de dollars de chiffre d’affaires par an pour la vidéo. Aujourd’hui, Amazon bosse sur des séries et des nouveaux drames avec en ligne de mire HBO et ses séries à succès. Jeff Bezos ne s’en cache pas : il rêve que le prochain ‘’Game of Thrones’’ la série la populaire du monde, soit signée de ses studios.

A voir

Centre-ville, qui peut redynamiser le commerce des avenues…?

La réponse est simple, c'est le commerce lui-même qui peut réagir, à condition de ne pas trop attendre.