Accueil / Actualité / e-commerce, les vrais défis d’Amazon, aller en clientèle au-delà d’une certaine marginalité.

e-commerce, les vrais défis d’Amazon, aller en clientèle au-delà d’une certaine marginalité.

Parler de marginalité à propos d’Amazon peut sembler culotté…! Et pourtant… Si le géant du commerce en ligne, et plus globalement les enseignes de cette catégorie, sont médiatiquement très présents, leur impact reste toujours modeste au regard de la consommation prise dans son ensemble.

DVSM, 4 janvier 2020. Au détour d’une route et à la sortie de l’autoroute, le spectacle est soudain de ceux qui vous coupent le souffle. L’implantation d’Amazon au nord-est de l’Ile-de-France est d’un calibre colossal. Surtout dans un cadre plutôt campagnard. Ça sent le neuf. Et une telle installation fraîchement sortie de terre promet. Elle promet entre autres de belles couvertures médiatiques. Il y a des emplois en jeu. Sans le moindre doute, plus d’un chroniqueur se laissera aller dans des commentaires comme il en pleut à torrents, convergeant vers un banal mais très épidermique constat de l’emprise du commerce en ligne sur les comportements des individus. Emprise présumée, car lorsque l’on fait les comptes, celle-ci prend des contours nettement plus limités.

Ainsi, dans une enquête menée pour Adot*, des proportions sont remises dans une réalité que certaines frénésies estompent à l’excès. Sur les lieux de commerce fréquentés, 45% des individus mentionnent les hypermarchés, et 26% les commerces de proximité**. Le marché (le vrai, avec des étalages, des tréteaux…) a aussi ses adeptes (14%), ces trois créneaux représentant plus de 80% de ces lieux fréquentés pour s’approvisionner. Le e-commerce ne pèse que 6% dans cette approche, devancé par le drive, à 11%. Chaque étude publiée a ses raisons d’être, résulte de méthodes d’enquêtes, sondages et élaborations spécifiques, et peut être la source de nombreuses discussions. Il n’en reste pas moins que dans l’ensemble des observations et compilations, les chiffres révélés ici expriment globalement la même tendance générale. Le commerce physique n’est pas encore surpassé par le Net, c’est… net…!

Source DVSM

A voir

Coronavirus, qui ne réclame son plan de sauvetage, l’estimant plus urgent que d’autres ?

Chacun y va de sa ritournelle, estimant être terriblement impacté par la crise. Et donc légitimement fondé à demander des mesures de soutien urgentes.