Accueil / IT Business / A quoi sert une carte SIM universelle ?

A quoi sert une carte SIM universelle ?

Lors de la présentation des dernières générations d’iPad, Apple a expliqué que ses tablettes seraient équipées de cartes SIM universelles. A quoi sert une telle technologie ? Frédéric Salles, président de la société Matooma, spécialiste du M2M nous explique à quel point la carte SIM universelle va révolutionner le marché des télécommunications mobiles.

« La carte SIM universelle n’est pas une carte à proprement parler, mais un composant électronique soudé au reste du système  de transmission d’un terminal. Il se présente comme un circuit imprimé de quelques millimètres. Cette technologie existe depuis plusieurs années. Matooma le propose à ses clients industriels pour équiper leurs produits afin de gérer des parcs, d’assurer des mises à jour ou de réaliser des suivis. Apple avec son talent incroyable de marketing a décidé de porter cette technologie au grand public. Pour l’instant, cette avancée reste plutôt limitée : la technologie est seulement portée sur les nouveaux iPads et Apple a annoncé des accords avec trois opérateurs dans le monde, AT&T et Sprint aux USA, et EE (Everything Everywhere ) en Grande-Bretagne.

Dans la pratique, le client se voit proposer le choix de plusieurs opérateurs sur son terminal. Il opère son choix en fonction de critères commerciaux, géographiques ou autres et peut se relier à Internet. Du coup, Apple garde la main sur le client. C’est le constructeur qui facturera le consommateur, collectera les abonnements avant de les reverser aux opérateurs, en prenant une commission plus ou moins importante. En perdant le contrôle du client, les opérateurs passent sous la coupe du constructeur. Aujourd’hui, c’est Apple qui propose la carte SIM universelle, et encore seulement sur un iPad, mais demain, les autres constructeurs vont vouloir en faire autant, bien sûr pour leurs tablettes tactiles et leurs ordinateurs, mais surtout pour leurs téléphones. Et c’est là que l’on risque fort d’assister à un bras de fer redoutable entre les opérateurs et les constructeurs de téléphonie mobile.

A priori, si les opérateurs résistent aux propositions des constructeurs, la carte SIM universelle restera cantonnée au champ bien spécifique du M2M, la communication entre machines. Mais on peut faire confiance à des industriels aussi puissants qu’Apple, Google ou Samsung d’enfoncer des coins dans le front des opérateurs. La sélection d’EE par Apple est à cet égard éloquente. EE est le plus petit des opérateurs britanniques. Il a dû voir une opportunité de gagner quelques points de marché avec cet accord. Je suis persuadé qu’Apple fera le tour des opérateurs et saura fracturer le front des opérateurs en sélectionnant ceux qui rencontrent des problèmes de taille critique ou financiers.

Du coté des consommateurs, pour l’instant la carte SIM n’apporte aucun bénéfice. Par contre, lorsque des téléphones mobiles seront équipés de ce composant, nous assisteront alors à une vraie révolution. Le consommateur pourra faire jouer la concurrence à plein. En Europe, il y a de bonnes chances pour assister à la mort du roaming, cette facturation opérée par un opérateur pour le compte d’un autre, dès que le client franchit une frontière. »

 

A voir

arc2350

L’Arcep pense aux ‘’territoires’’

Les collectivités territoriales ont demandé à l'Arcep la mise à disposition de solutions complémentaires aux réseaux filaires...