Accueil / Actualité / Avec YouTube et cie, les musiciens ne font pas franchement fortune

Avec YouTube et cie, les musiciens ne font pas franchement fortune

Tout le monde ne rémunère pas les artistes de la même manière.

Selon le journal anglais Bilboard bien connu dans l’univers musical, les plateformes de streaming n’ouvrent pas facilement les cordons de la bourse. Et encore, nous ne parlons que des plateformes légales ayant pignon sur rue. Déjà ces plateformes pratiquent des formules d’abonnement peu onéreuses : 10 euros par mois pour une écoute de bonne qualité et surtout illimitée. Rappelons-nous l’époque où un CD était vendu entre 10 et 20 euros… Idem pour le téléchargement. Selon le Bilboard, en 2014, 40 % des revenus de la musique était déjà généré par le téléchargement.

Aujourd’hui, ce n’est plus que 12,3 % contre 85,2 % pour le streaming. Après tout, pourquoi télécharger des flots de musique alors qu’on peut écouter tout ce que l’on veut sans empiler les solutions de stockage ? La conséquence de ce phénomène est la baisse des revenus des artistes. Une contraction accentuée par les tarifs radicalement différents pratiqués par les plateformes, ce qui provoque la colère des syndicats de musiciens et d’artistes. Selon Bilboard, Napster l’ancêtre du genre est la plateforme la plus généreuse avec 0,016$ par écoute et YouTube la plus pingre avec 0,0006$ par écoute.

Selon les calculs de Bilboard, pour gagner 100 euros, un artiste doit passer 14 fois à la radio, ou vendre 100 albums, ou être écouté 250 000 fois sur un site de streaming payant, ou encore un million de fois sur un site de streaming gratuit ! La raison est simple : si environ 1,3 milliard d’êtres humains à peine 93 millions acceptent de payer. Les deux leaders, Spotify et Apple s’accaparent tout le marché du streaming payant. Sur un abonnement mensuel de 10 euros mensuel, le client rémunère l’artiste 0,46 euro et 1 euro pour les droits d’auteur affirme Bilboard.

Le reste sert à payer la TVA et surtout les maisons de disques. Les plateformes conservent 3 euros. Alors pourquoi un artiste devrait-il accepter de rémunérations aussi misérables ? Certains, déjà, tirent très bien leur épingle du jeu. Mais la plupart espèrent tourner des vidéos, acquérir une renommée et réaliser des tournées pour gagner leur vie.

 

A voir

Centre-ville, qui peut redynamiser le commerce des avenues…?

La réponse est simple, c'est le commerce lui-même qui peut réagir, à condition de ne pas trop attendre.